fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 19 au 26 janvier

Vous pouvez bénéficier, en exclusivité, des informations de notre partenaire International SOS qui couvre, pour la semaine du 20 au 25 janvier, les événements nécessitant une vigilance accrue.

Didier Bras

Publié

le

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 19 au 26 janvier

Afrique

> Éthiopie/Soudan

Jours à venir. Les incidents sécuritaires observés ces derniers jours dans la zone frontalière d’el-Fashaga – source d’un différend territorial entre les deux pays depuis des décennies – ravivent les tensions entre l’Éthiopie et le Soudan. Des miliciens éthiopiens ont été mis en cause par les autorités soudanaises suite à la mort d’au moins six civils lors de l’attaque d’un village dans cette zone le 11 janvier dernier. Par ailleurs, deux jours plus tard, Khartoum dénonçait la présence d’un avion éthiopien dans son espace aérien. De son côté, Addis-Abeba accuse son voisin soudanais de vouloir étendre sa souveraineté sur cette zone frontalière en profitant du conflit en cours au Tigré, région aux intentions séparatistes située au nord de l’Éthiopie.

> Mozambique

Jours à venir. En dépit du cessez-le-feu annoncé en décembre 2020, la junte militaire autoproclamée de la Résistance nationale du Mozambique (Renamo) est accusée par le pouvoir central de la série d’attaques perpétrée récemment dans la province de Sofala, au centre du pays, dont une embuscade qui a causé la mort d’une personne le 9 janvier dans le district de Chibabava. Si les forces de sécurité mozambicaines annoncent avoir repris le contrôle de cette province, la faction dissidente de la Renamo reste très présente près des villes de Inchope et Chimoio, capitale de la province voisine de Manica.

> Ouganda

Jours à venir. La victoire du président sortant Yoweri Museveni au terme du scrutin du 14 janvier est toujours contestée par son rival Bobbi Wine qui dénonce des irrégularités dans le processus électoral. Les soutiens du candidat défait restent mobilisés et les forces de l’ordre ougandaises ont été déployées dans les principales villes où l’opposition est majoritaire, comme à Arua, Gulu, Hoima, Masaka et dans la capitale Kampala.

> République centrafricaine

Jours à venir. La situation sécuritaire demeure préoccupante en Centrafrique, particulièrement à Bangui, après l’attaque menée le 13 janvier dans les quartiers sud de la capitale par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). En dépit des opérations de sécurisation et du couvre-feu instauré entre 18h et 5h, des membres de cette coalition armée sont présents à proximité de Bangui. Sur le plan électoral, la réélection controversée du président Faustin Archange Touadéra pour un deuxième mandat a été validée par la Cour constitutionnelle. De fait, cette validation accentue aussi le risque de nouveaux affrontements aux abords de la capitale.

> Soudan

Jours à venir. Plus de 80 personnes ont perdu la vie lors de violences entre tribus rivales les 17 et 18 janvier derniers à Geneina, capitale du Darfour-Occidental. Ces affrontements sont survenus seulement deux semaines après la fin de la mission de paix conjointe de l’ONU et de l’Union africaine (Minuad) dans cette région. Le vide consécutif à ces retraits laisse planer de nouvelles incertitudes sécuritaires malgré la mise en place, début janvier, de la Nouvelle Mission intégrée d’assistance à la transition au Soudan (Unitams).

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Tunisie

Jours à venir. L’anniversaire des dix ans de la « révolution du jasmin » – événement précurseur du Printemps arabe qui devait ensuite essaimer le monde arabe – s’accompagne depuis ces derniers jours de heurts dans les principales villes tunisiennes. De nombreux dégâts matériels ont été relevés sur fond de pillages de magasins et de blocages de routes dans plusieurs quartiers de Tunis ainsi qu’à Bizerte, Gafsa, Kairouan, Jilma, Kasserine, Siliana et Sousse. Cette contestation sociale est aujourd’hui exacerbée par les difficultés économiques du pays et amplifiée par les conséquences multiples de la pandémie.

Amériques

> États-Unis

Jours à venir. Plus de 20 000 militaires issus de la Garde nationale sont déployés ce 20 janvier à Washington pour assurer la sécurité autour de l’investiture de Joe Biden à la tête des États-Unis. La surveillance de l’événement est renforcée par le FBI qui a également pour mission de vérifier qu’aucun élément de cette Garde nationale ne puisse se livrer à un acte de sédition en la circonstance. Illustration de la tension née de l’assaut du Congrès américain le 6 janvier par les partisans de Donald Trump, les grands centres urbains américains font également l’objet d’une surveillance accrue en ce jour d’investiture.

Asie-Pacifique

> Inde

Jours à venir. La mobilisation des agriculteurs et fermiers indiens, initiée depuis novembre dernier pour protester contre la loi de réforme agraire, a débouché sur une suspension de cette dernière après décision de la Cour suprême le 12 janvier. Pour autant, les acteurs de cette fronde entendent rester mobilisés jusqu’à une annulation totale de cette réforme qui était entrée en vigueur en septembre 2020 après son adoption par le Parlement indien. Par conséquent, des blocages de l’activité (transports, commerces, etc.) sont toujours d’actualité aux abords de la capitale et dans les États du Rajasthan et de l’Uttar Pradesh, tandis qu’un grand rassemblement national est attendu le 26 janvier à New Delhi.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

> Biélorussie

Jours à venir. Habituels depuis la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko en août dernier, les rassemblements dominicaux de ses opposants changent sensiblement de nature. Pour tenter de contourner la présence des forces de l’ordre, ces regroupements ont lieu en groupes plus restreints, à horaires décalés et sont déployés en plusieurs lieux dans les principaux centres urbains du pays. En revanche, la ligne répressive du chef de l’État, en poste pour un sixième mandat, reste marquée par son inflexibilité, le risque d’arrestation et de violence arbitraire demeurant réel pour toute personne à proximité des rassemblements.

> France

Jours à venir. L’évolution de la situation sanitaire a conduit à l’adoption de nouvelles mesures de contrôle des voyageurs depuis le lundi 18 janvier dernier. Les voyageurs en provenance de pays tiers (hors UE, espace Schengen, Andorre, Vatican, Saint-Marin, Monaco) doivent présenter un test PCR négatif à la Covid-19 réalisé 72h avant leur départ. De surcroît, ces voyageurs sont soumis à une septaine à l’arrivée, puis à un nouveau test PCR au septième jour afin de valider une sortie d’isolement en cas de résultat négatif. Toutefois, les personnes se trouvant dans l’impossibilité d’effectuer ce test PCR avant leur voyage peuvent solliciter auprès du consulat une dispense de présentation de ce test au départ, mais se voient imposer un test à leur arrivée en France. Ils devront par la suite rester à l’isolement pendant sept jours dans un établissement désigné par les autorités. À noter que des mesures semblables sont mises en place ans les collectivités d’outre-mer.

> Russie

Jours à venir. Globalement condamnée par la communauté internationale, l’arrestation d’Alexeï Navalny, principal opposant à Vladimir Poutine, est de nature à galvaniser ses soutiens. Par conséquent, des rassemblements, y compris d’autres groupes de l’opposition russe, sont à prévoir prochainement. Parallèlement, des arrestations et des restrictions de liberté d’expression ou de rassemblements de la part du pouvoir central ne sont pas à exclure. Pour rappel, Alexeï Navalny a été arrêté le 17 janvier lors de son arrivée à l’aéroport moscovite de Sheremetyevo (l’avion qui le transportait devant initialement atterrir sur celui de Vnoukovo) au motif de non-respect de son contrôle judiciaire, ceci après plusieurs mois de convalescence en Allemagne suite à une tentative d’empoisonnement en août dernier.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR