fbpx
Suivez nous sur

Destinations au banc d'essai

Ma retraite en Europe : la Roumanie

Prendre sa retraite en Europe ? C’est le choix de 8,3 % des retraités français. Français à l’étranger s’est intéressé aux conditions de la retraite dans 32 pays européens. Le cas de la Roumanie.

Publié

le

Ma retraite en Europe : la Roumanie

Située en Europe centrale et orientale, la Roumanie est l’un des plus grands pays d’Europe, il y a donc largement la place pour accueillir les personnes souhaitant s’expatrier et le peuple roumain est très accueillant ! Encore très rurale et un peu hors du temps, la Roumanie est un pays membre de l’Union européenne frontalier de la Hongrie, l’Ukraine, la Moldavie, la Bulgarie et la Serbie. En 2016, des réformes économiques et des mesures de relance ont été adoptées par le gouvernement afin de contrôler les finances du pays : réduction de la TVA, augmentation du salaire minimum et hausse des salaires dans les secteurs public et privé. Malgré tout, la Roumanie reste l’un des pays les plus pauvres d’Europe. L’économie informelle reste trop importante, mais malgré tout, le pays maintient son objectif de rejoindre la zone euro en 2024. Pays francophile, un coût de la vie bas et une richesse culturelle font de la Roumanie un pays attractif pour les retraités français.

Fiscalité :

Il n’est pas nécessaire de résider en France pour percevoir sa pension retraite française (sauf l’Allocation de solidarité aux personnes âgées et l’Allocation supplémentaire d’invalidité car ces prestations sont soumises à condition de résidence en France). Il convient d’informer les caisses de retraite du changement de résidence. Toute pension supérieure à 1 000 leu (220 euros) se verra imposée à un taux de 16%.

La convention fiscale  franco-roumaine du 27 septembre 1974 prévoit que les pensions versées au titre d’une activité professionnelle antérieure à un résident d’un État ne sont imposables que dans cet État. Elle permet aux retraités de ne pas payer de double-imposition.

Santé :

Les Roumains sont peu satisfaits de leur système de santé public. Les hôpitaux sont souvent vétustes et mal entretenus, souffrant d’un sous équipement général, mais aussi en ressources humaines et, cela permet aux assurances de santé privées d’être en plein développement. Les hôpitaux privés ont donc une clientèle de plus en plus nombreuse et attirent de nombreux étranger ce qui crée un mouvement de tourisme médical, en particulier pour les soins dentaires. Il est nécessaire de disposer d’une carte nationale d’identité à jour et de se procurer le formulaire S1 auprès de votre caisse de retraite. Ce document vous permettra par la suite de bénéficier du système de protection sociale local en vous inscrivant auprès de l’organisme de sécurité sociale de votre lieu de résidence. Par ailleurs, n’oubliez pas de demander votre Carte européenne d’assurance maladie  qui atteste de vos droits dans tous les pays de l’Union européenne. Sans elle, il faut régler la totalité des frais pour les soins reçus, conserver toutes les factures et justificatifs puis les présenter à l’organisme d’assurance maladie avec le formulaire cerfa n°12267*03  soins reçus à l’étranger » afin de percevoir le remboursement des soins.

> Infos pratiques :

 

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l❜étranger

GRATUIT
VOIR