fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 23 au 28 février

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 23 au 28 février.

Publié

le

Tour d'horizon de l'actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 23 au 28 février.

Afrique

Afrique du Sud

Les travailleurs étrangers sont la cible d’une campagne xénophobe portée depuis janvier dernier par le mouvement Dudula («refouler», en zoulou). Ces derniers jours, plusieurs rassemblements ont eu lieu à Johannesburg, les manifestants vilipendant particulièrement les travailleurs illégaux qui occupent le plus souvent des emplois peu qualifiés et leur imputant la hausse de la criminalité dans le pays. Souvent attisée à des fins politicienne, cette expression xénophobe a été émaillée de vagues de violences qui ont fait de nombreuses victimes ces dernières années, notamment en 2008, 2015, et dernièrement en 2019 où des magasins tenus par des étrangers à Johannesburg et Pretoria avaient été incendiés. Motivées par ce regain de défiance envers les étrangers, de nouvelles manifestations pourraient survenir dans les principaux centres urbains du pays dans les jours à venir.

Mali

La nouvelle charte de transition a été votée à l’unanimité en ce début de semaine par le Conseil national de transition (CNT), émanation de la junte au pouvoir depuis le coup d’État d’août 2020. Cette nouvelle charte entérine ainsi le report sine die des élections présidentielles, initialement prévues le 27 février, et confirme une période de transition qui pourra perdurer pendant cinq ans. La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), par la voix de son président en exercice Nana Akufo-Addo (également président du Ghana), a indiqué qu’une période de douze mois lui paraissait «raisonnable» pour clore cette période de transition (pour rappel, l’instance ouest-africaine a récemment décrété des sanctions à l’endroit de la junte malienne pour ce non-respect du calendrier électoral). L’union africaine (UA), pour sa part, espère le retour à un «ordre constitutionnel et démocratique dirigé par des civils» dans un délai de seize mois.

Région

Le retrait de près de 2500 soldats français déployés sur le territoire malien devrait être effectif sous quatre à six mois, selon l’annonce d’Emmanuel Macron le 17 février dernier. Dans le même temps, la task force Takuba (constituée essentiellement de forces spéciales issues de plusieurs pays de l’Union européenne) a aussi officialisé son retrait progressif du pays. La tension alimentée par le pouvoir malien et la présence de la société militaire privée russe Wagner à ses côtés ont concouru à cette décision, Paris pointant diplomatiquement des divergences en termes de «stratégie» et «d’objectifs» avec les autorités maliennes. Pour autant, la France entend maintenir son soutien aux pays du golfe de Guinée et, plus largement, de l’Afrique de l’Ouest afin de «contenir la menace djihadiste». Les nouvelles dispositions relatives à l’organisation des dispositifs militaires français et européens dans la région devraient être communiquées d’ici cet été.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

Turquie

Sur fond de crise économique et d’inflation galopante (estimée à près de 50% en janvier dernier, essentiellement en raison de l’effondrement de la livre turque en 2021), la hausse des prix de l’énergie attise la colère sociale comme en attestent les manifestations qui ont cours depuis le début de l’année. Le seul coût de l’électricité a progressé de 50 à 120% dans le pays, contraignant le président Erdogan à adopter des mesures pour encadrer ces hausses et à étendre l’éligibilité aux aides de l’État, concernant maintenant 4 millions de foyers contre 2,1 millions jusqu’alors. Les produits de première nécessité sont aussi impactés par cette inflation massive. En conséquence, des mouvements de grèves et des manifestations ne sont pas à exclure dans les semaines à venir.

Amériques

Brésil

Quelque deux cents glissements de terrain ont été relevés ces derniers jours dans l’ensemble du territoire brésilien. Dans la seule ville de Petrópolis (État de Rio de Janeiro), selon le bilan des autorités locales publié le dimanche 20 mars, au moins 165 personnes sont décédées à la suite de ces phénomènes provoqués par les inondations. Ce bilan vient alourdir celui des trois derniers mois, au moins deux cents personnes ayant déjà perdu la vie en conséquence de divers épisodes pluvieux. Ces derniers jours, ce sont les États de Rio de Janeiro, Minas Gerais, Espirito Santo (sud-est du pays) ainsi que ceux de Para et Amazonas (nord et nord-ouest) qui ont été le plus affectés par ces intempéries.

Canada

Au terme de près d’un mois de paralysie du centre d’Ottawa, les forces de sécurité locales ont repris le contrôle de la ville après avoir procédé à quelque deux cents arrestations. Depuis fin janvier, le cœur de la capitale fédérale était bloqué par de nombreux véhicules et des manifestants militant pour la levée des restrictions sanitaires sous l’étendard de ce qu’ils nomment «convoi de la liberté», inspirant des initiatives similaires dans d’autres pays occidentaux, et notamment en Europe.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

Ukraine/Russie

La plus extrême prudence s’impose pour rendre compte de la situation aux frontières de l’Ukraine, compte tenu des annonces contradictoires du Kremlin et de la volatilité des informations qui évoluent d’heure en heure. En date du mardi 22 février, la reconnaissance par Moscou de l’indépendance des deux républiques séparatistes prorusses du Donbass (Lougansk et Donetsk, toutes deux en territoire ukrainien) a provoqué l’ire des capitales européennes, décidées à adopter des sanctions ciblées, notamment via une interdiction d’accès aux marchés et aux services financiers européens. Le chancelier allemand Olaf Scholz a aussi annoncé la suspension de la certification du gazoduc Nord Stream 2 (projet de 1230 kilomètres de longueur devant relier la Russie à l’Allemagne). Dans cette même région du Donbass, nos confrères de BFMTV rapportaient ce même mardi 22 février l’incendie d’une centrale thermique ukrainienne après un bombardement. Dans ce contexte particulièrement délétère, la France, emboîtant le pas d’autres pays occidentaux, a appelé le 19 février ses ressortissants dont le séjour en Ukraine ne relevait pas d’un motif impérieux à quitter le pays.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR