fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 9 au 13 juin

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 9 au 13 juin.

Publié

le

Tour d'horizon de l'actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 9 au 13 juin.

Afrique

Afrique du Sud

Amplifiée par la guerre en Ukraine, la hausse des prix des carburants, en augmentation de 40% par rapport à la même période l’année dernière, risque d’engendrer d’importants mouvements de protestation dans le secteur des transports. Si les derniers rassemblement dans ce cadre se sont déroulés sans heurts, la tension pourrait prochainement monter d’un cran, avec des risques de répression accrus. Cet élan de contestation est notamment animé par le parti d’opposition des Combattants pour la liberté économique (Economic Freedom Fighters), troisième force politique du pays, qui a  annoncé des manifestations de grande envergure le 10 juin dans les principales villes sud-africaines.

Mali

Toujours sous le coup des sanctions de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de la Banque mondiale pour défaut de processus électoral, le pays devrait connaître une nouvelle période de transition politique de vingt-quatre mois à compter du 26 mars 2022, selon les dernières annonces de la junte militaire dirigée par le colonel Assimi Goïta. Les émissaires de l’instance régionale et du pouvoir militaire malien doivent se rencontrer le 3 juillet prochain pour une possible levée des sanctions, en fonction de l’avancée de ce processus de transition. Le pays est par ailleurs soumis aux répercussions de la guerre en Ukraine, avec une hausse des prix des carburants et des produits de première nécessité qui entraîne des mouvements de protestation dans la capitale Bamako depuis ces dernières semaines.

République démocratique du Congo

Des manifestations anti-rwandaises ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs villes de RDC, dans le prolongement de la convocation de l’ambassadeur rwandais à Kinshasa le 31 mai dernier et de la suspension de vols de la compagnie RwandAir. En cause, le soutien présumé de Kigali au groupe armé du M23 qui continue de mener des attaques dans les localités aux alentours de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo. Ces mouvements de colère contre le Rwanda ont notamment été observés dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu, provinces séparées par le lac éponyme de ce même Rwanda. La capitale congolaise Kinshasa n’est pas en reste, où des groupes de la société civile se sont rassemblés devant l’ambassade du Rwanda au niveau de l’avenue de la Justice.

Sénégal

Les élections législatives du 31 juillet prochain pourraient se dérouler en l’absence de deux deux listes nationales, dont celle de la Yewwi Askan Wi, coalition formée autour d’Ousmane Sonko, principal leader de l’opposition sénégalaise. Le Conseil constitutionnel vient en effet de rejeter ces listes au motif qu’elles étaient incomplètes. En ce qui concerne Yewwi Askan Wi, selon le ministère de l’Intérieur, c’est la double inscription d’une candidate sur la liste des titulaires et des suppléants qui a motivé l’irrecevabilité de cette coalition. Ses partisans se mobilisent pour dénoncer la «provocation inacceptable» que constituerait la tenue de ces élections en l’absence des principaux opposants. Les soutiens au président Macky Sall entendent en faire de même, avec des risques d’affrontements entre militants des deux camps et avec les forces de l’ordre.

Asie-Pacifique

Philippines

Les récentes explosions criminelles commises dans l’île de Mindanao ont conduit à une intensification des opérations de lutte antiterroriste. Le 26 mai, deux attaques à la bombe ont eu lieu dans les villes de Koronadal et Tacurong, puis le 30 mai deux autres explosions se sont produites au niveau d’un restaurant et d’une station de transport d’Isabela City. Avec la proximité de l’anniversaire du pays le 12 juin prochain et le risque de passages à l’acte de groupes extrémistes comme Abou Sayyaf, Bangsamoro Islamic Freedom Fighters ou le Maute Group, les dispositifs de sécurité ont aussi été renforcés dans les grandes villes du pays, notamment à Cebu (dans l’île du même nom), Davao (capitale de facto de l’île de Mindanao) et dans la capitale du pays Manille.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

Ukraine

Les forces d’occupation russes concentrent leurs attaques, depuis fin mai, sur la ville industrielle de Severodonetsk, dans la province de Louhansk, à l’est du pays. Cette nouvelle offensive se traduit par des bombardements accompagnés d’avancées terrestres. Le 7 juin, selon la terminologie du Kremlin, les forces russes Moscou annonçaient avoir «libéré» les zones résidentielles du centre urbain de cette ville, se concentrant désormais sur sa zone industrielle. Dans l’objectif affirmé d’une prise de contrôle complète de la région de Louhansk, la prise des positions de Severodonetsk et de la ville voisine de Lyssytchansk constituent en effet des objectifs stratégiques essentiels pour les forces russes. Au-delà de cette intensification des combats dans la région du Donbass, le reste du territoire ukrainien est toujours soumis à un environnement sécuritaire  très incertain, à l’instar des dernières attaques contre les localités de Tchernihiv (à une cinquantaine de kilomètres au nord de Kiev), Kharkiv et Soumy (au nord-est du pays). Par ailleurs, Kiev, épargnée depuis fin avril, a été visée le 5 juin par des frappes aériennes contre des infrastructures ferroviaires et des véhicules blindés. En revanche, les forces ukrainiennes ont récemment initié plusieurs contre-attaques à Kherson (sud du pays) où près de 600 Ukrainiens seraient maintenus captifs.

Monde

Mois des fiertés

Plusieurs pays vont célébrer en  juin ce «mois des fiertés» qui vise à donner de la visibilité aux personne LGBTQ+, via des des défilés et des rassemblements spontanés sur la voie publique. En dépit de la nature pacifique de ces manifestations, des incidents localisés et des perturbations logistiques restent possibles avec notamment le risque de contre-manifestations de groupes d’extrême droite opposés à ce type de rassemblements. En Bulgarie, l’événement était initialement prévu en jumelage avec l’Ukraine (via la Kiev Pride) mais il a été annulé en raison de l’invasion russe. Les célébrations bulgares devraient donc inclure des hommages à l’Ukraine.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR