fbpx
Suivez nous sur

Actualités économiques

Le Cambodge, nouvel eldorado pour les investisseurs français ?

Oubliez Singapour, la Thaïlande, le Vietnam ou la Corée. L’avenir économique de l’Asie du Sud-Est se joue peut-être en partie à Phnom Penh et au Cambodge, où de nombreux secteurs restent à prospecter.

Publié

le

Le Cambodge, nouvel eldorado pour les investisseurs français ?

Oubliez aussi l’Europe en crise. Le contexte général sur le Vieux Continent est morose. L’Asie du Sud-Est en général, et le Cambodge en particulier, échappent pour l’instant relativement à ces soubresauts. Bien reparti après le Covid-19, le pays a même les honneurs des deux géants de l’audit, KPMG et Deloitte, qui font ne tarissent pas d’éloges sur le Cambodge auprès de leurs clients. Dans un rapport, le second a même classé le royaume khmer parmi les six pays au monde où se trouvent les meilleures opportunités d’investissement cette année ! Plus largement, l’Asie du Sud-Est est, selon Deloitte, un territoire attractif pour les fortunes européennes.

Une croissance rapide

Il faut dire que la hausse du PIB du Cambodge cette année devrait osciller entre 5,2% et 6,3%, soit l’une des projections les plus élevées de la région. Cela fait du pays l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde, une prévision impressionnante compte tenu des crises géopolitiques et de la perturbation partielle des chaînes d’approvisionnement mondiale. Selon la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement), les flux d’IDE  (investissements directs étrangers) entrant au Cambodge sont restés stables en 2020, à 3,6 milliards de dollars. Ils ont augmenté de 22% l’an dernier malgré la pandémie. Le royaume reste le PMA (pays les moins avancés) ayant reçu le plus d’IDE.

Un futur tigre asiatique

Selon Laurent Evrard, ancien banquier au Luxembourg récemment installé à Phnom Penh, « de nombreux analystes chinois et américains ont prévu que le Cambodge pourrait avoir une chance de devenir le “tigre de l’Asie du XXIe siècle” dans un avenir proche, après la fin du Covid-19 et au milieu de l’incertitude mondiale ». Au Grand-Duché, le Français gérait le portefeuille de grosses fortunes européennes. « Aujourd’hui, l’Europe est en crise, constate-t-il. Entre la surinflation, l’endettement, l’euro qui s’effondre face au dollar, la guerre en Ukraine, la crise du Covid et la fermeture de la Chine…,  les investisseurs privés européens cherchent à diversifier hors de l’Europe leurs placements. Le Cambodge, mais aussi d’autres pays de la région deviennent attractifs. »

Une porte d’entrée sur l’Asie Pacifique

De grands groupes internationaux comme Decathlon, Peugeot, Pernod Ricard, 7 Eleven, Pizza Hut, Bose… ont décidé de développer leurs activités au Cambodge. Bluebell Group, le premier distributeur et opérateur de marques de luxe en Asie, a officiellement annoncé le lancement de ses activités à Phnom Penh. Le groupe commercialise actuellement environ 150 marques internationales, dont Burberry, Christian Dior, Dolce & Gabbana, Jimmy Choo, Louis Vuitton, Tiffany & Co et Versace. L’entreprise s’occupera de la gestion d’un centre commercial faisant partie du projet de développement urbain «The Peak» dans la capitale – trois tours dans l’une desquelles s’installe Shangri-La, chaîne d’hôtel de luxe cinq étoiles. Avec ses 17 millions d’habitants et malgré l’émergence d’une classe moyenne, le marché est toutefois limité au Cambodge. Il reste cependant une niche et surtout une porte d’entrée stratégique sur le grand marché de l’Asie-Pacifique.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR