Suivez nous sur

Afrique du Sud

Français à l'étranger

Publié

le

L’Afrique du Sud, terre de multitude, multitude des paysages d’abord : parc nationaux, plages, falaises rocheuses, forêts, lagons et vignobles luxuriants, puis multitude des nationalités présentes sur le territoire, une population diverse, originaire du reste de l’Afrique, mais aussi d’Occident et d’Asie.

Plus de vingt ans après la fin de l’apartheid et, presque dix ans après la crise économique de 2009 qui a durement affecté le pays, l’Afrique du Sud tarde à renouer avec la croissance. Le chômage massif, les tensions sociales et les inégalités persistent et les problèmes de criminalité et de sida demeurent.

Le président Zuma, de plus en plus contesté et accusé de faits de corruption, a démissionné en février 2018 pour laisser sa place au président intérimaire (en attendant les élections) Cyril Ramaphosa.

L'essentiel

Capitale

Pretoria

Dirigeant

Cyril Ramaphosa (Président par intérim)

Population

56,5 millions d’hab.

Superficie

1 219 090 km²

Langues

afrikaans, anglais, zoulou

Monnaie

rand sud-africain (ZAR)

Croissance du PIB

1,7%

Chômage

26,7%

Français

8 109

Indicatif téléphonique

+ 27

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.fsacci.co.za

Ambassade de France : www.ambafrance-rsa.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Si vous souhaitez vous rendre en Afrique du Sud pour une durée inférieure à trois mois, vous n’aurez besoin que de votre passeport valide (et comportant au moins une page blanche) et d’un billet retour. Concernant une durée supérieure ou si vous souhaitez vous installer de manière permanente, il faut s’y prendre très à l’avance : les démarches sont longues et peuvent être compliquées. Pour obtenir un permis de résidence ou de travail en Afrique du Sud, la demande se fait auprès de l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris par le formulaire BI 159 E. Comme, à l’instar des États-Unis, la priorité à l’emploi est donnée aux Sud-Africains, pour espérer obtenir un permis de travail sud-africain, vous devez, soit, très correctement argumenter votre demande pour qu’elle laisse bien apparaître qu’aucun Sud-Africain (ou autre habitant du pays) ne peut occuper le même emploi que vous, soit être sponsorisé par une entreprise déjà établie dans le pays, où encore disposer de compétences spécifiques dont a besoin l’Afrique du Sud. Le dépôt du dossier est accompagné d’un versement de 185 €, conservé quelle que soit la réponse qu’il y sera donnée. L’attente peut dépasser 3 mois.

› Trouver un emploi

Quel que soit l’emploi pour lequel vous postulez, il est nécessaire que vous fassiez valider vos qualifications par SAQA (South African Qualification Authority).

Par ailleurs, comme expliqué plus haut, il est préférable pour trouver un emploi en Afrique du Sud, d’avoir des compétences assez pointues afin de tenter de passer outre la politique de protection du marché de l’emploi local. Vous n’obtiendrez pas d’emploi « par hasard », car l’employeur doit fournir la documentation qui confirme qu’il a essayé d’employer des citoyens sud-africains ou des résidents permanents au moyen d’une annonce dans la presse nationale. Pour que vous puissiez obtenir un travail, il faut qu’aucun Sud-africain n’ait postulé pour le poste. Rien n’empêche bien entendu, de consulter cette presse et de contacter les annonceurs, de postuler, mais il faut connaître les règles appliquées dans le pays….

Il existe plusieurs sortes de visas de travail : chaque année, il y a un quota de visa de travail délivrés à ceux qui exercent certains métiers (critical skills : ingénieurs, architectes, scientifiques, vétérinaires, financiers, etc.). Les candidats qui tombent sous cette catégorie, considérés comme des valeurs rares en Afrique du Sud, doivent fournir de nombreux documents, mais surtout un contrat de travail ou une promesse d’embauche.

Puis vient la possibilité d’obtenir un permis de travail pour les personnes offrant des compétences particulières. La demande doit être accompagnée d’une lettre d’un département d’Etat étranger ou sud-africain, ou d’une instance académique, culturelle ou industrielle, qui confirmera ces compétences spécifiques. De plus, il faut également joindre une lettre de recommandation d’anciens employeurs, une thèse ou autres publications attestant de ces compétences, c’est le Visa de travail avec validation des acquis de l’expérience. Les étrangers entrant dans cette catégorie doivent rapidement apporter la preuve (avant 12 mois passés sur le territoire) qu’ils ont effectivement été engagés.

Puis vous avez aussi la possibilité de profiter de la délocalisation d’une entreprise internationale pour laquelle vous travaillez. Les employés étrangers qui désirent venir travailler dans une succursale sud-africaine de leur entreprise, demandent alors un visa de mutation qui leur sera octroyé pour une période de 2 ans maximum.

La durée maximale de travail est de 9 h/jour pour une semaine de 40 h. Les heures supplémentaires ne peuvent être appliquées qu’avec l’accord des deux parties. Le repos hebdomadaire est au minimum de 36 heures, en général le dimanche.

Quelques sites pour trouver un emploi :

› Les secteurs porteurs d'emploi

Encore une fois, il faut bien garder en mémoire que le gouvernement a mis en place une politique de discrimination positive afin de favoriser l’insertion dans le milieu du travail de la population noire et sud-africaine en général et que si l’on ne possède pas de qualifications « exceptionnelles », la recherche individuelle d’un emploi est très limitée.

Il existe malgré tout certains secteurs plus porteurs que d’autres, comme les technologies de l’information, l’informatique, l’ingénierie, le tourisme ou encore la restauration.

Les salaires peuvent être très variables en fonction des types d’emplois, des qualifications et des secteurs.

Les employeurs préfèrent limiter les salaires à cause de la fiscalité sud-africaine. Ils utilisent un système de primes versées directement aux employés afin d’augmenter leurs revenus (prime de transport, logement, scolarité, assurance maladie…).

› Créer son entreprise

Deuxième PIB et deuxième partenaire commercial de la France en Afrique (après le Nigéria), l’Afrique du Sud est l’économie la plus avancée du continent, un pays industriel et un Etat de droit attractif pour les investisseurs. Membre des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et du G20, l’Afrique du Sud est un acteur diplomatique au rôle important en Afrique, dont la voix compte sur la scène internationale.

L’attractivité potentielle de l’Afrique du Sud est forte par rapport à d’autres pays de la région, mais sa performance est relativement faible et peu propice à attirer les investissements directs étrangers (IDE), malgré un progrès grâce au potentiel d’investissement dans les infrastructures. Le pays est néanmoins en tête des flux entrants d’IDE en Afrique.  Il a aussi été mis en place des réformes économiques qui ont mené à la stabilité macro-économique et à la réduction des impôts et des droits de douane.

Si l’on désire créer sa propre entreprise, on peut faire la demande pour un Visa d’affaire (Visa business), destiné aux immigrants souhaitant diriger leur propre société en Afrique du Sud. Il faut un apport d’au moins 5 millions de rands qui doivent être investis sur une durée de deux ans. C’est le permis idéal pour les entrepreneurs et les investisseurs. Les visas d’affaires sont initialement émis pour une période de deux ans. Vous pouvez obtenir deux prolongations après l’expiration de votre premier visa.

Le tourisme et le secteur du commerce de détail affichent des énormes potentiels tout comme le secteur minier. Vous pouvez obtenir une subvention en faveur de l’investissement étranger qui peut aller jusqu’à 15% de la valeur des machines et des équipements, un Programme de soutien des compétences qui le en charge jusqu’à 50% des coûts de formation et 30% des salaires des travailleurs ou encore Le Projet politique industrielle qui offre des avantages fiscaux.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Depuis 1985, une loi rend possible une éducation publique gratuite pour tous  de 7 à 16 ans. Mais ce n’est qu’à la fin de l’Apartheid en 1993 que cette loi commencera à être appliquée et que tous les enfants de toutes les races auront accès à une école gratuite avec un enseignement dans une des langues officielles de leur choix (où cela est possible). Il y a malgré tout encore des problèmes de mixité sociale entre noirs et blancs qui ne souhaitent pas toujours se mélanger…

L’apprentissage est divisé en 3 segments : crèches et maternelles jusqu’à 6 ans, école primaire de 6 à 12 ans et école secondaire de 13 à 18 ans. Les écoles de ne sont pas toutes mixtes (fille/garçon) et la plupart du temps les écoliers portent un uniforme.

On trouve dans les villes principales des écoles publiques ou privées et des écoles internationales (en anglais, allemand ou français). Le niveau des écoles publiques est variable, celui des écoles privés souvent soutenu. Une catégorie intermédiaire existe, qui sont des écoles semi-privées, ce sont des écoles publiques avec autofinancement, elles ont souvent un très bon niveau.

On peut suivre un cursus scolaire français dans deux villes du pays : au lycée français Jules-Verne de Johannesburg (du CP à la terminale) et au Cap aux écoles pré-primaire et primaire du Cap, puis aux collège-lycée français du Cap.

Certaines ville comme Cape Town sont très étendues et sans transport public, il faut donc faire attention à la localisation de l’établissement scolaire par rapport à son lieu d’habitation.

› S’inscrire à la fac

Pour étudier en Afrique du Sud il faut en premier lieu effectuer une demande de Visa étudiant, qui doit être accompagnée de divers documents tels qu’assurance médicale, preuve de la capacité de l’élève fournie par son école et garantir aussi que l’on peut subvenir à ses besoins tout au long de la période d’étude.

Malgré tout, une fois accepté dans un cursus, l’étudiant peut travailler jusqu’à 20 heures par semaine pendant le semestre ou lorsque l’établissement choisi est une institution d’apprentissage.

L’Afrique du Sud compte énormément de langues officielles mais c’est en anglais que sont dispensés les cours dans les universités. Vous devrez donc justifier d’une bonne maîtrise de la langue pour vous inscrire. On vous demandera un score de 550 au TOEFL (Test of English as a Foreign Language, série d’évaluations qui permettent aux institutions d’évaluer leurs élèves et étudiants à chaque niveau de leur apprentissage) pour enregistrer votre inscription dans une université sud-africaine.

L’enseignement supérieur sud-africain est considéré comme le meilleur de tout le continent africain. Avec plus de 900 000 étudiants dans le pays ses établissements sont reconnus dans le monde entier et ont d’ailleurs mis en place beaucoup de programmes d’échanges avec d’autres pays, voire d’autres continents.

L’Afrique du Sud compte 23 institutions publiques d’enseignement supérieurs. On distingue les 11 universités dites d’Etat, les 6 Universities of technology (ou Technikons) et les 6 universités polyvalentes.On dénombre également environ 115 institutions privées d’enseignement supérieur.

Il faut noter que les titulaires d’un permis d’études ne sont pas admissibles à une demande de résidence permanente.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Comme l’Afrique du Sud accueille beaucoup d’étudiants étrangers, un nombre important d’entreprises locales et internationales implantées dans le pays accueillent également des stagiaires originaires du reste du monde.

Pour rechercher ce stage, passez par les sites internet ou si vous étudiez sur place, utilisez le bouche-à-oreille. Il y a aussi des agences de placement dans des entreprises sud-africaines, comme celle-ci, fondée par une jeune française de 30 ans : www.kunjani.org

Les conditions de stage sont les mêmes que celles qui s’appliquent aux salariés au sein d’entreprises sud-africaines. La durée de travail est de neuf heures par jour, cinq jours par semaine, soit 45 heures hebdomadaire. Les heures supplémentaires ne peuvent dépasser trois heures par jour et dix heures par semaine. Elles sont aussi soumises à un accord préalable entre le maître de stage et le stagiaire. La rémunération est interdite dans le cadre d’un stage. Si vous étiez rémunéré vous seriez considéré par les autorités comme étant employé par l’entreprise, ce qui nécessiterait un permis de travail et non un visa de stage.

Pour obtenir un visa de stage pour l’Afrique du Sud, il faut faire la demande auprès des bureaux qui représentent le pays en France, mais on peut également l’obtenir via ce site : Visa pour l’Afrique du Sud. Il est important d’en faire la demande car les autorités sud-africaines peuvent exiger un retour immédiat en France sans cette autorisation. La démarche peut prendre environ une dizaine de jours.

› V.I.E.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme www.civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires. Pour s’inscrire en V.I.E ou V.I.A en Afrique du Sud  : www.civiweb.com

Pour obtenir le barème des indemnités : www.civiweb.com

 Coût de la vie

› Logement

Le marché locatif est important, mais il est plus difficile de trouver des logements de classe moyenne.

Site internet, petites annonces, agences immobilières, tout cela peut être utilisé pour votre recherche, bien entendu. On conseille parfois aux personnes désirant s’installer en Afrique du Sud, de louer dans un premier temps un logement à court terme (on peut louer pour 3 mois) pour à partir de là, chercher vraiment, en prenant son temps, son habitation idéale. Vous trouverez des logements meublés ou non. La rédaction des contrats locatifs est bâti sur un concept différent du notre, c’est le futur locataire qui fait une offre au propriétaire du bien ciblé. On peut pour cela solliciter un avocat ou passer par une agence immobilière qui se chargera des documents.

Pour ce qui est de l’achat d’un bien immobilier, le prix d’une maison avec un grand jardin et une piscine, est très abordable par rapport au marché européen, et le coût des taxes et de l’entretien sont très raisonnables. Vous pouvez, avec un peu de chance, trouver une belle maison de deux étages avec trois chambres à coucher, deux salles de bains, jardin et piscine pour l’équivalent de 200 000 euros.

Dans certaines villes il est prudent de s’informer sur la sécurité du quartier choisi.

Quelques sites pour trouver un logement :

› Transports

En ville : les minibus, un peu comme des taxis-brousse, on s’entasse dans le véhicule mais c’est un moyen bon marché et pratique pour effectuer de courtes distances en ville. Les bus urbains : ils sont relativement sûrs. À éviter cependant une fois la nuit tombée. Peu coûteux et fonctionnement presque impeccable.

Les taxis restent abordables.

L’Afrique du Sud bénéficie d’une très bonne infrastructure routière, ce qui simplifie la visite des lieux même les plus reculés.

La conduite s’effectue à gauche, les permis de conduire étrangers sont acceptés à condition qu’ils contiennent une photo du titulaire et une traduction anglaise, si ce n’est pas le cas, il vous faut obtenir un permis international ou faire une traduction certifiée conforme de votre permis de conduire (par un traducteur assermenté agréé par les Autorités d’Afrique du Sud).

La vitesse est limitée à 60 km/h en agglomération et 100 à 120 km/h sur les routes nationales et autoroutes. Certaines sections de routes nationales peuvent être limitées à 120 km/h. Les sections à péage ne sont pas très nombreuses (et pas bien chères non plus) et inégalement réparties sur le territoire.

Le réseau de bus est performant et maille tout le territoire. Les voyages en train sont un peu longs mais fiables.

Plusieurs compagnies aériennes offrent des vols intérieurs et internationaux de qualité.

 Santé

En Afrique du Sud, il y a un système de santé public et un autre privé. Le système public souffre d’un manque de ressources et même si dans certains hôpitaux le niveau de soin est très bon, les temps d’attente sont affolants et ce sont souvent les plus pauvres qui utilisent ce système.

Le système de santé privé est excellent et les coûts n’étant pas exorbitants un tourisme médical s’est créé dans le pays pour les soins spécialisés.

Toutefois, si vous décidez de vivre en Afrique du Sud il est essentiel de souscrire une assurance santé privée. (Si vous travaillez, cela fait souvent partie des bénéfices inclus dans le contrat de travail).

 Fiscalité

Pour les salariés, l’impôt est prélevé à la source, une pratique appelée Pay as you earn, ou PAYE. A la fin de l’année fiscale, l’employeur délivre au contribuable un IRP5 certificate.

L’impôt sur le revenu, appelé income tax, est défini avant le 7 de chaque mois et s’échelonne entre 18 % et 40 % des revenus (bien entendu, plus le salaire est élevé, plus le taux d’imposition l’est aussi).

Il y a une convention fiscale signée entre la France et l’Afrique du Sud afin d’éviter la double imposition.

L’impôt sur les sociétés, ou company income tax, s’applique à « toute personne morale dont le siège de la direction effective est située en Afrique du Sud et est considérée comme résidence ». Le taux est de 30 % et les impôts sont payables en deux versements annuels, sur le même principe que pour l’impôt sur le revenu des particuliers. Les petites entreprises peuvent bénéficier de certains abattements prévus par la loi fiscale sud-africaine.

L’inscription auprès de l’administration fiscale se fait par l’employeur et, pour les entreprises, par le directeur de l’entreprise au moment de la création de cette dernière.

La TVA est de 14 % pour les produits d’importation. En revanche, les exportations de biens et de services à partir de l’Afrique du Sud en sont exemptées.

 Retraite

La « rainbow nation » est bien un arc-en-ciel de cultures mais aussi de paysages. Des canyons aux déserts, du veld aux forêts alpines, des mangroves aux montagnes en passant par les vignobles et les plages à perte de vue, l’Afrique du Sud est constituée de toutes les différences. Sur place, vous trouverez aussi des terrains de golf grandioses et de multiples choix d’activités extérieures. L’apartheid a peut-être disparu, mais des ghettos géographiques et une forte criminalité existent toujours: soyez-en conscient dans le choix de votre quartier de résidence si vous décidez de passer votre retraite en Afrique du Sud.

Les permis de retraité peuvent être délivrés aux personnes qui souhaitent prendre leur retraite en Afrique du Sud, à condition que ces personnes satisfassent aux exigences financières prévues par la loi de 2002 sur l’immigration (loi no 13 de 2002) et son règlement d’application. Les demandes doivent être présentées à tout bureau régional du ministère de l’Intérieur ou à l’ambassade, à la mission ou au consulat sud-africain le plus proche à l’étranger.

Pas de double imposition.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE