Suivez nous sur

Japon

Français à l'étranger

Publié

le

Les atouts du Japon restent considérables : une situation privilégiée au sein de la région Asie-Pacifique, sa place financière de premier plan, sa participation au partenariat transpacifique de libre-échange, une classe moyenne nombreuse… L’organisation des Jeux olympiques en 2020 devrait offrir des possibilités d’emploi pour les Français, en particulier dans le secteur du tourisme.

L'essentiel

Capitale

Tokyo

Dirigeant

Shinzo ABE (Chef du gouvernement)

Population

126,7 millions

Superficie

377 000 km²

Langues

japonais

Monnaie

yen

Croissance du PIB

4 %

Chômage

2,8 %

Français

10 252

Indicatif téléphonique

+81

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccifj.or.jp

Ambassade de France : www.jp.ambafrance.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Le pays connaît une situation de plein-emploi forcément très attractive pour celles et ceux qui souhaitent s’expatrier. Mais cela demande une bonne connaissance de la langue et des traditions, complexes !

Il vous faudra un statut de résident pour travailler au Japon. S’il n’y a pas de visa de travail au Japon, de nombreux titres de séjours existent : chaque statut de résident est limité dans le temps et définit la période de validité du visa.

Le salaire horaire minimum garanti varie selon les régions. Le maximum national est de 888 yens pour la préfecture de Tokyo. On travaille quarante heures par semaine et les congés annuels sont de dix jours par an, une durée qui s’allonge en fonction de son ancienneté dans l’entreprise.

› Trouver un emploi

Le site www.gaijinpot.com propose de nombreuses offres d’emploi pour les étrangers. Vous pouvez aussi consulter le Comité consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle de Tokyo (www.afj-japon.org) et le site dédié de l’agence pour l’emploi japonais : jsite.mhlw.go.jp.

Vous pouvez aussi consulter le site www.kimiwillbe.com, www.visajapon.com ainsi que la Chambre de commerce : www.ccifj.or.jp

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Au Japon, plus des deux tiers des actifs travaillent dans le domaine des services qui pèsent pour les trois quarts du PIB du pays. Le pays bénéficie d’une grande capacité d’innovation : 1/5e du budget mondial de la R&D est porté par le Japon. Les principales activités susceptibles de recruter au Japon sont ainsi les nouvelles technologies, la santé, l’environnement et l’automobile (principalement dans la R&D). La gastronomie est aussi un secteur florissant au Japon. Toutes les professions liées au vieillissement de la population recrutent également (personnel soignant, aide à la personne, médicaments…). Le plein-emploi entraîne paradoxalement une pénurie dans les métiers les plus pénibles, comme la restauration, l’industrie…

Enfin, les Jeux olympiques qui se tiendront en 2020 continue de dynamiser les secteurs de la construction, de l’entretien des équipements, des transports.

Enfin, les entreprises françaises implantées au Japon recherchent des profils pour travailler dans leur branche commerciale, avec des postes dans le secteur de la communication et du marketing.

› Créer son entreprise

Environ 500 entreprises françaises ont choisi de s’implanter au Japon qui demeure un marché essentiel pour les investisseurs. Les principaux atouts du Japon sont sa position de leader en matière de technologie de pointe et en recherche et développement. Les freins potentiels à l’investissement sont d’ordre linguistique et de culture des affaires.

La législation japonaise sur les sociétés a été simplifiée, ce qui rend le marché national plus accessible aux investisseurs étrangers. L’investissement est particulier dans les secteurs de l’Internet of Things (IoT), l’intelligence artificielle (IA) et la robotique.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

De 6 à 11 ans, les élèves vont à l’école primaire, puis au collège pendant trois ans (12-15 ans) et enfin au lycée (16-18 ans). Presque toutes les écoles publiques sont mixtes. Le niveau est très élevé, et les enseignants sont extrêmement exigeants. Il y a même des concours pour entrer dans certaines écoles maternelles !

› S’inscrire à la fac

Le lycée se termine par le test du Centre national des admissions à l’université, ou Test « Sentā ». Il sert de base aux universités, publiques ou privées, pour le recrutement de leurs étudiants.

Pour les étrangers, il faut passer un test national d’entrée et réussir le concours d’admission de l’université recherchée. Sinon, il faut être inscit dans une fac étrangère, passer un test de langue.

Le gouvernement japonais verse même des bourses aux étudiants étrangers qui satisfont ces critères.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Les stages n’existent pas dans le cursus des études au Japon et les entreprises japonaises n’en proposent pas. Il est donc plus facile de passer par une entreprise française implantée au Japon, mais dans ce cas, elle vous demandera le plus souvent de maîtriser le japonais. Il existe un programme européen qui aide les étudiants à trouver un stage (www.eu-japan.eu).

› V.I.E.

Pour effectuer un VIE au Japon, il faudra connaître le japonais, ou au moins avoir des notions, et bien sûr maîtriser l’anglais. Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires. Il vous faudra tout d’abord avoir participé à la journée d’appel à la Défense puis créer votre profil sur Civiweb en fournissant vos coordonnées, votre CV et joindre votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire au Japon, ainsi que le barème des indemnités, www.civiweb.com

› P.V.T.

Vous pourrez obtenir un visa Vacances valable une année. Vous obtiendrez le plus souvent de petits boulots, appelés ici « arubaito ». Mais pour vous voir accorder ce visa, vous devrez avoir plus de 3 000 € d’économies sur votre compte. Les filières où la « Law on Control and Improvement of Amusement and Entertainment Business » s’applique, ne doivent pas embaucher de PVTistes.

l s’agit des bars et des boîtes de nuit. Un quota de 1 500 places est réservé aux Français, quota qui n’a jamais été atteint depuis que ce PVT existe !

 Coût de la vie

› Logement

Il faut passer par une agence immobilière pour louer un logement au Japon. Si vous ne parlez pas japonais, pas de souci, il existe des agences spécialisées dans les locations pour les étrangers.

Les appartements sont de petite taille, et chers. Il faut compter au minimum 80 000 yens. Les baux sont d’une durée de deux ans. Pour pouvoir louer un appartement, vous devrez fournir des documents attestant de l’état de vos finances (relevé bancaire, contrat de travail) et un japonais ou votre entreprise doit se porter garant pour vous. Les conditions exigées par les agences spécialisées pour les étrangers sont moindres mais leurs loyers plus élevés… Les « Gaijin Houses » ou « Guest Houses » peuvent être une solution pour de courtes durées puisqu’il s’agit tout simplement d’une colocation. Quelques sites pour vous aider dans votre recherche :

› Transports

Japan Airlines et Ana sont les deux compagnies d’aviation japonaises qui permettent de ciculer rapidement dans le pays, mais à des prix relativement élevés. Les Japonais lui préfèrent le train, son réseau étant très développé et particulièrement performant. Les transports en commun dans les villes sont bien développés, métro et bus affichant les stations en anglais.

 Santé

La médecine est de bonne qualité au pays du Soleil levant mais les soins sont chers. . Il existe deux grands régimes de couverture sociale : le « shakai hoken » (pour les salariés) et le « kokumin kenko hoken » (pour tous les autres). Votre employeur se chargera lui même de votre inscription au Shakai Hoken, qui est composé d’une assurance maladie et d’une assurance vieillesse. Vous serez couvert à hauteur de 80% de vos frais médicaux et votre famille à 70%.

 Fiscalité

Les résidents sont imposés sur leurs revenus provenant du Japon et d’ailleurs tandis que les étrangers ayant passé 5 ans au Japon ne sont imposés que sur leurs revenus provenant du Japon.

Les tranches varient de 5 % (moins de 1,95 million de yens) à 45 % (plus de 40 millions de yens). Il existe une convention fiscale entre le Japon et la France.

 Retraite

Pour vivre sa retraite au Japon, il faut obtenir un visa permanent valable délivré à condition de ne pas quitter le Japon plus d’un an, à la condition également d’avoir travaillé dix ans dans le pays, ou encore d’être marié à un ou une Japonais(e). Le pays comptant beaucoup de retraités, il cherche plutôt à faire venir des jeunes…

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE