Suivez nous sur

Norvège

Français à l'étranger

Publié

le

Septième pays le plus riche du monde en PIB par habitant, le pays vous offre de belles perspectives d’emploi ainsi que l’un des meilleurs niveaux de vie au monde. En 2017, le pays a également été élu « pays le plus heureux au Monde » par le World Hapiness Report de l’ONU.

Découvrez toutes les clés pour réussir votre expatriation au pays du bonheur…

L'essentiel

Capitale

Oslo

Dirigeant

Erna Solberg (1er ministre)

Population

5,23 millions hab.

Superficie

385 199 km² (avec l’archipel du Svalbard)

Langues

norvégien (Bokmål est la langue parlée et Nynorsk la langue écrite) le sàmi est la langue officielle de certaines régions (Laponie).

Monnaie

nok

Croissance du PIB

1,2 %

Chômage

4 %

Français

5576 inscrits

Indicatif téléphonique

+47

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccfn.no

Ambassade de France : no.ambafrance.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Pour travailler en Norvège, vous n’aurez besoin ni de visa ni de permis de travail. Il vous faudra tout de même vous enregistrer auprès de la police de votre commune, ce qui vous permettra d’obtenir un numéro d’identification permanente (le fødelsnummer) ou temporaire (le D-nummer). Ces numéros s’obtiennent auprès du centre pour les travailleurs étrangers et sont indispensables pour la plupart des formalités (ouvrir un compte bancaire, s’acquitter de ses impôts…). Il faut compter environ 4 semaines pour les obtenir.

Au pays du bonheur, la durée de travail est de 37,5 heures par semaines et vous aurez cinq semaines de congés payés. Le salaire horaire moyen est de 15 €/heure.

› Trouver un emploi

La plupart du temps, la maîtrise du norvégien (Bokmål) sera impérative. Toutefois, pour certains emplois des industries gazières et pétrolières l’anglais pourra suffire. C’est également le cas pour les emplois saisonniers, agricoles ou encore dans les entreprises étrangères.

Pour trouver un emploi en Norvège, Internet sera votre meilleur allié. Si êtes déjà sur place, les agences d’intérim ainsi que l’agence nationale pour l’emploi norvégienne peuvent vous aider dans vos recherches et vous prodiguer des conseils.

Cela pourrait s’avérer utile car le CV norvégien doit respecter certains critères : ne mettez pas votre photo et incluez impérativement des références (elles peuvent provenir d’anciens employeurs, des responsables, mais aussi des professeurs pour les plus jeunes).

Vous trouverez des offres d’emploi sur les sites suivants :

› Les secteurs porteurs d'emploi

Les secteurs dans lesquels vous aurez des chances de trouver un emploi sont ceux du tourisme, de la pêche, de la médecine (médecins, dentistes…) ou encore de l’information. Tous les métiers liés à l’exploitation des hydrocarbures (ingénieurs, géologues et géophysiciens…) et au développement de l’énergie verte sont également assez recherchés.

› Créer son entreprise

La Norvège dispose d’une économie forte, avec des perspectives d’évolution encourageantes. La main-d’œuvre qualifiée et polyglotte, les secteurs bancaires et financiers robustes, mais aussi la stabilité politique et le bon fonctionnement des services publiques font de la Norvège un pays idéal pour investir ou créer son entreprise. Et le classement Doeing Business 2018 établit par la Banque Mondiale ne fait que le confirmer : la Norvège est le 8e pays où il est le plus facile de faire des affaires.

Les investisseurs ont tendance à acheter la monnaie de ce pays, l’un des plus solvable au monde. Cela leur permet d’investir indirectement sur l’or noir, présent en abondance dans le pays.

Pour ce faire, vous pourrez passer par des succursales ou des entités séparées. Les investissements dans les biens de consommation, les technologies de l’information, la construction ou encore les services offrent également de belles opportunités.

Si c’est la fibre entrepreneuriale qui vous anime, les trois formes de structures d’entreprise suivantes existent :

  • La société à responsabilité limitée (elle nécessite un capital social minimum de 100 000 Nok, un actionnaire au moins et 50 % de ses membres doivent être résidents de Norvège ou de l’UE).
  • La société anonyme (elle nécessite un capital social minimum de 1 Million de Nok, il faut un actionnaire au moins et 50 % de ses membres doivent être résidents de Norvège ou de l’UE).
  • La succursale d’une société étrangère (une société étrangère peut établir une succursale en Norvège en fournissant les documents officiels de son enregistrement dans son pays d’origine. Attention les sociétés domiciliées hors UE devront obtenir la permission du ministre de l’industrie pour ouvrir leur succursale).

Une mise en garde s’impose toutefois : les coûts salariaux sont très élevés et la situation géographique isolée du pays, peuvent générer des coûts très importants (pour la logistique, les transports ou encore les télécommunications).

Si vous avez besoin d’aide pour créer votre entreprise, la ville d’Oslo dispose d’un centre d’information destiné aux créateurs d’entreprise :www.naringsetaten.oslo.kommune.no le site est en anglais mais vous pourrez y trouver des interlocuteurs francophones.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Pour scolariser vos enfants en Norvège un seul établissement français homologué existe :

Le lycée René-Cassin d’Oslo : il accueille les enfants de la petite section de maternelle jusqu’en Terminale. Les frais de scolarité vont de 3000 € à 12000 € l’année selon le niveau.

Un autre établissement non homologué mais partenaire de l’agence pour l’enseignement du français à l’étranger accueille vos enfants dans la ville de Stavanger : le lycée français de Stavanger. Il accueille vos enfants de la petite section de maternelle jusqu’en classe de seconde.

Vous pourrez également scolariser vos enfants dans des établissements publics norvégiens. La scolarité y est gratuite et obligatoire à partir de 6 ans.

L’école élémentaire (« Barneskole ») accueille les élèves de l’âge de 6 à 13 ans ; le collège (« Ungdomskole ») accueille les élèves de l’âge de 13 à 15 ans.

A la fin du collège les élèves choisissent s’ils se dirigent vers l’enseignement professionnel (pour apprendre un métier) ou général (ils sont 65 % à faire ce choix). L’enseignement professionnel n’est en aucun cas dévalorisé en Norvège. Le redoublement n’existe pas et les élèves sont très peu en compétition. Ils peuvent suivre des cours de différents niveaux, quel que soit leur âge, les cours ne sont pas organisés par classe.

Enfin il n’existe pas d’examen final à la fin du secondaire. Les jeunes Norvégiens passent une sorte d’examen à chaque fin d’année, dans une seule matière. Cette matière change selon les années et les résultats obtenus ne sont pas déterminants pour la suite de la scolarité.

› S’inscrire à la fac

Pour étudier en Norvège vous aurez besoin d’avoir le baccalauréat. Les études supérieures sont gratuites et s’organise avec le même système qu’en France (Licence en 3 ans, Master en 2 ans et Doctorat en 3 ans).

Il existe :

  • 6 universités en Norvège ;
  • 9 instituts universitaires spécialisés : qui offrent des enseignements plus spécialisés que les universités : commerce, vétérinaire, musique, architecture…Les diplômes qui y sont obtenus n’ont pas d’équivalent universitaire mais permettent d’accéder plus facilement au marché du travail norvégien ;
  • et 21 centres nationaux d’études supérieures (plus professionnalisant, ils ont avant tout été créés pour couvrir une plus vaste partie du territoire que les universités).

Tous ces établissements ne sont pas sélectifs pour les Norvégiens, mais le sont pour les étudiants étrangers. Pour y entrer vous devrez soit passer par un programme d’échange mis en place par votre université, soit entrer en contact avec le bureau des étudiants étrangers de l’université où vous souhaitez étudier. Attention, il convient de s’y prendre au moins 6 mois à l’avance.

Si vous êtes admis pour une durée inférieure à 6 mois, vous pouvez faire une demande de « D-number », qui vous permettra d’ouvrir un compte en banque. Les démarches s’effectuent à la « Local Tax Assesment Office ».
Si vous êtes admis pour une durée supérieure à 6 mois, un numéro d’identité norvégien vous sera remis. Il vous permettra d’entreprendre les mêmes démarches que les étudiants norvégiens (ouvrir un compte bancaire, obtenir une carte étudiante, postuler pour l’obtention d’un prêt étudiant…).

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Les stages sont très courants en fin d’études en Norvège. Ils durent généralement un an et précèdent bien souvent une première embauche.

Pour réaliser un stage, il faudra impérativement maîtriser l’anglais et connaître quelques notions de norvégien, si vous ne le parlez pas !

Pour trouver votre stage vous pouvez contacter les entreprises internationales, surtout si vous ne maîtrisez pas le norvégien, ou contacter la Chambre de Commerce franco-norvégienne (CCFN) qui propose chaque semestre, pour son Bureau d’Oslo, un stage de 6 mois.

Les sociétés qui prennent des stagiaires sont investies dans les secteurs de l’agroalimentaire, des produits chimiques, de la fabrication d’équipement pour le transport et des moteurs électriques, du pétrole, du transport maritime, des télécommunications, de l’aviation, la vente au détail, la vente, les assurances, de la finance et du consulting.

› V.I.E.

Il faut impérativement maîtriser l’anglais pour partir en V.I.E. en Norvège.

Le volontariat international (VI) en entreprise (VIE) et administration (VIA) se définit comme une mission professionnelle à l’étranger, de 6 à 24 mois, bénéficiant d’un statut public protecteur. La mission VIE/A est aujourd’hui destinée aux jeunes diplômés, hommes et femmes, de 18 à 28 ans. Tous les métiers sont concernés.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Il vous faudra avoir participé à la journée d’appel à la Défense puis créer votre profil sur Civiweb en fournissant vos coordonnées, votre CV et joindre votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire en Norvège, ainsi que pour consulter le barème des indemnités www.civiweb.com Elles s’élèvent à 2 140,95 € en Norvège (723,99 € d’indemnités fixe et 1 416,96 € d’indemnité géographique).

Les profils les plus recherchés sont : les commerciaux, les ingénieurs et les financiers.

 Coût de la vie

› Logement

La plupart des Norvégiens étant propriétaires de leur habitation, le marché de la location est assez réduit.

Le prix des loyers est élevé en Norvège, en raison notamment du type de construction et des normes en matière d’isolation thermique et de chauffage, justifiés par les conditions climatiques. Oslo est une ville particulièrement chère : un appartement 3 pièces vous coûtera en moyenne 2 130 € par mois.

Les contrats de location durent généralement un an, sont renouvelables et une caution est souvent demandée.

Pour votre recherche, vous aurez davantage de facilité en vous rendant sur place et en faisant marcher le bouche-à-oreille. Pensez aussi aux annonces dans les journaux locaux et régionaux.

Si vous toutefois commencer votre recherche de logement avant votre départ, les sites suivants recensent de nombreuses offres :

› Transports

Pour parcourir le plus long pays d’Europe, de nombreuses options s’offrent à vous…

La voiture : vous pourrez conduire en Norvège si vous avez obtenu votre permis dans un pays de l’UE. Les limitations de vitesse sont plus basses qu’en France et les conducteurs respectent scrupuleusement le code de la route : les amendes pour excès de vitesse sont attribuées dès le dépassement du 1er kilomètre et sont très coûteuses. Sachez également que les Norvégiens ont l’habitude que les voitures les laissent traverser, soyez donc particulièrement vigilant au volant !

Les locations de voiture sont assez chères, privilégiez les locations de longue durée pour réduire les coûts.

Le train : le pays compte plus de 3 000 kilomètres de voies ferrées, qui vous permettront de relier les principales villes du pays.
C’est un moyen de transport assez onéreux, mais confortable. La réservation est obligatoire sur 90 % des trains et surtout en été.

Le bus : il vous permettra d’atteindre la plupart des villes non desservies par les trains.

Il existe 2 compagnies principales : Nor-Way Bussekspress et Boreal. D’autres compagnies privées se concurrencent sur les trajets les plus demandés, ce qui permet de voyager à prix compétitif.

L’avion : la Norvège a plus de 50 aéroports assurant des liaisons régulières entre les principales villes et les villes plus isolées, mais également des vols internationaux.
C’est le moyen de transport le plus rapide et il est de plus en plus abordable grâce à l’émergence de nouvelles compagnies low cost telle que « Norwegian », élue meilleure compagnie aérienne low cost long-courrier au Monde (par le CAPA Global Aviation & Corporate Travel Summit) de 2015 à 2017.

Le bateau : c’est un moyen de transport quasiment obligatoire si vous vous déplacez à travers le pays. Impératif pour traverser les fjords ou rejoindre certaines îles, le bateau est assez cher en Norvège, mais offre une vue imprenable sur les paysages que vous traversez.

 Santé

La Norvège est classée 3e dans le classement (Health Consumer Powerhouse) des pays ayant le meilleur système de santé. Seul les délais d’attente pour l’accès aux soins sont à améliorer.

Dans toutes les villes vous trouverez un système de permanence de médecins (« vaktapotek » ou « apotekvakt ») et une pharmacie de garde (« apotek »).

Si vous travaillez et résidez en Norvège vous aurez, comme les Norvégiens, à payer une franchise. Le reste des soins sera ensuite gratuit.
La franchise pour un médecin généraliste est de 16 € et pour un spécialiste de 35 €.

Si vous ne travaillez pas pensez à avoir votre carte européenne d’assurance maladie.

A demander 20 jours au moins avant votre départ, elle est valable 2 ans maximum et sa durée ne peut pas dépasser la durée de vos droits. Cette carte vous permettra d’accéder aux professionnels de santé et hôpitaux, dans les mêmes conditions et tarifs que les assurés du pays. Seul le ticket modérateur peut toutefois rester à payer. Vous pouvez la demander ici : www.service-public.fr

Si vous ne l’avez pas, réglez la totalité des frais pour les soins reçus et conservez toutes les factures et justificatifs. Vous pourrez ensuite les présenter à votre organisme d’assurance maladie avec le formulaire cerfa n°12267*03 « soins reçus à l’étranger » et serez remboursés.

 Fiscalité

Le système d’imposition sous lequel fonctionne la Norvège est un peu complexe.

Le barème de taxation de la Norvège fait partie des plus élevés sur le continent.

Le prélèvement s’effectue à la source et impôts sur le revenu et locaux sont payés en même temps.

Bon à savoir : la France a signé une convention avec la Norvège dans le but d’éviter à leurs ressortissants une double imposition.

Cela se fait selon le régime de l’imputation d’un crédit d’impôt, sur l’impôt français.
Ainsi, les revenus de sources françaises envoyés vers la Norvège ne sont imposables qu’en Norvège, dès lors que vous y résidez plus de 183 jours par an.

 Retraite

Envie de passer votre retraite dans le pays le plus heureux du monde ? On vous comprend !

Gardez tout de même à l’esprit que les paysages enneigés et le calme norvégien ont un prix : le coût de la vie y est élevé et une retraite française sera bien souvent insuffisante.

Si votre retraite est suffisamment élevée ou que vous avez une retraite norvégienne sachez que les pensions sont taxées sur le même barème que les salariés.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE