fbpx
Suivez nous sur

Actualités politiques

Quel soutien aux salariés et entrepreneurs français à l’étranger pendant la crise?

Deux conseillères des Français de l’étranger ont lancé mi-avril une pétition adressée à Jean-Yves Le Drian réclamant la mise en place d’un « fonds de solidarité » pour les salariés et entrepreneurs français à l’étranger qui ne disposent pas, à ce jour, de dispositif global de soutien.

Pénélope Bacle

Publié

le

Sans Titre 153

La pétition adressée au ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lancée par Florence Poznanski, conseillère France Insoumise à Rio de Janeiro et Cécile Lavergne, conseillère en Colombie du groupe Français du monde, écologie et solidarité, compte, à l’heure où nous publions, 269 signataires. Parmi eux, plusieurs dizaines de conseillers des Français de l’étranger affichent ainsi leur soutien à la création d’un « fonds de solidarité exceptionnel pour les Français actifs à l’étranger », tels Boris Faure, conseiller en Belgique et ex-premier secrétaire PS de la Fédération des Français de l’étranger, Renaud Le Berre, conseiller à Barcelone ou Nicolas Stallivieri conseiller à Hambourg.

Lien vers la pétition

> Des Français actifs isolés à l’étranger

Selon les conseillères à l’origine de cette initiative, alors que des aides sont actuellement mises en place pour soutenir les entreprises et entrepreneurs indépendants en France, aucun dispositif n’a été prévu pour soutenir les Français actifs à l’étranger.

Or, les conditions de certains Français pourraient rapidement se détériorer dans certains pays : « Que nous soyons à la tête d’une entreprise française établie sous le régime juridique étranger, à la tête d’une entreprise étrangère apportant notre savoir-faire français ou encore salariés français d’une entreprise étrangère touchée par la crise, aucune de ces mesures ne pourra nous aider. Dans certains pays, notamment en Europe, nous pourrons bénéficier des aides mises en place par nos pays d’accueil. Mais dans la grande majorité des pays nous serons peu pris en charge et notre nationalité étrangère pourra même parfois nous faire défaut » écrivent ainsi les conseillères.

> Opacité de l’aide d’urgence des consulats ?

Plusieurs élus des Français de l’étranger ont déjà soulevé cette problématique lors des rendez-vous de crise hebdomadaires organisés avec le Quai d’Orsay. Laurence Haguenauer, à la tête de la direction des Français à l’étranger et de l’administration consulaire (DFAE), aurait alors assuré que les personnes en difficulté « pouvaient se signaler auprès des postes consulaires, qui ont des crédits spécifiques d’aide d’urgence. Ces crédits seraient abondés au fur et à mesure des besoins ». Mais, pour Florence Poznanski et Cécile Lavergne, qui réclament « un traitement des demandes adapté et transparent », ce processus reste inadéquate : « Nous saluons cette première proposition, mais elle est insuffisante, tant par la méthode que par son opacité », insistent-elles.

> Les risques d’une nouvelle vague de retour économique

Depuis plusieurs semaines, associations et élus des Français de l’étranger s’inquiètent d’une nouvelle vague de retour des non-résidents pour des raisons économiques. D’autant plus que, faute d’aide globale, la situation de ces Français établis hors de France pourrait devenir un vrai casse-tête : « A l’heure où vous vous appliquez à faire revenir en France les Français de passage, vous nous recommandez de rester chez nous pour faire face à la crise. Mais les conditions économiques de notre confinement à l’étranger ne seront pas les mêmes que celles que vivent nos compatriotes en France. Or, même si nous envisagions un retour d’urgence en France, nos conditions d’accueil et de subsistance ne seraient pas pour autant assurées », s’inquiètent les conseillères dans leur pétition.

> Des inquiétudes grandissantes

Sur la toile, de nombreux Français à l’étranger nous ont témoigné pour leur part ces dernières semaines leurs préoccupations concernant leur situation économique: « Nous n’avons plus de rentrées d’argent car notre business ici au Panama est basé sur le tourisme. Pour le moment, nous attendons confinés à la maison mais nous ne savons pas trop ce qu’il va se passer. Nous restons cependant confiants mais un peu préoccupés » raconte ainsi l’un d’entre eux.

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    Ludivine

    17 avril 2020 at 15 h 02 min

    Comment faire pour se joindre à cette cause qui me concerne amplement? Je suis entrepreneure française établie en Inde à Mumbai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR