fbpx
Suivez nous sur

Actualités politiques

240 millions d’euros pour les Français de l’étranger

Le gouvernement a annoncé le 30 avril son plan de soutien pour les Français à l’étranger : 240 millions d’euros pour le suivi sanitaire, l’enseignement et l’aide sociale. L’aide aux entreprises serait quant à elle en discussion. Un plan unanimement salué par les élus, malgré quelques questions toujours en suspens…

Pénélope Bacle

Publié

le

Sans Titre 80

Réunis ce matin en audio-conférence autour des parlementaires, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gerald Darmanin, et le Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Jean-Baptiste Lemoyne, ont présenté le très attendu plan de soutien aux Français de l’étranger. 

220 millions d’euros vont finalement être immédiatement mis à disposition des Français de l’étranger pour les accompagner sur trois volets : sanitaires, éducatifs et sociaux. Une aide qui s’ajoute “aux quelques 20 millions d‘euros déjà mobilisés pour faciliter le retour de nos ressortissants en déplacement temporaire à l’étranger depuis la mi-mars”. Cette somme sera puisée dans les fonds du deuxième projet de loi de finances rectificative adopté le 23 avril dernier. 

> Un plan salué par les parlementaires

L’annonce de ce plan a suscité de multiples réactions positives parmi les parlementaires. A commencer au sein de la majorité. La députée LREM des Français établis en Asie, en Océanie et en Europe Orientale, Anne Genetet a déclaré : « C’est un plan remarquable, très ambitieux par les montants, par les situations concernées qui touche tout ce qui fragilise les communautés : le social, le sanitaire, le scolaire. C’est un plan ambitieux par le nombre de Français qui vont en être bénéficiaires. Je dis chapeau à la capacité à comprendre nos communautés, à comprendre les enjeux, à comprendre la menace qui pèse sur elle. Il fallait absolument les soutenir ».

Les autres partis politiques ont eux aussi salué la démarche du gouvernement. Le sénateur centriste Olivier Cadic a ainsi loué « le volontarisme exprimé par les trois ministres pour prendre en compte les attentes des Français de l’étranger. J’ai trouvé ça encourageant. J’ai entendu de la part de Jean-Yves Le Drian la volonté d’accompagner les Français de l’étranger dans leurs demandes dans les domaines social, de la santé et de l’éducation, et ça été relayé par Jean-Baptiste Lemoyne. Cela montre que les ministres ont été attentifs aux attentes des parlementaires ». Même son de cloche de Christophe-André Frassa chez Les Républicains : « Ils ont pris la mesure des alertes que nous avons régulièrement fait remonter à travers les réunions régulières que nous avons tenu avec Jean-Baptiste Lemoyne et Jean-Yves Le Drian. Cela a porté ses fruits car nous ne pouvions décemment plus attendre, plus reporter ».

> 20 millions d’euros pour le suivi sanitaire

Dans son plan, le gouvernement a en premier lieu prévu de consacrer 20 millions d’euros pour le déploiement d’un dispositif médical d’aide aux Français à l’étranger. L’objectif sera de « suivre et conseiller nos compatriotes vulnérables dans leur pays de résidence ». Selon son communiqué « ce dispositif médical repose notamment sur des mécanismes de télésuivi et de téléconsultation, ainsi que sur la disponibilité de médicaments et d’oxygène et, en dernier ressort, pour nos compatriotes qui seraient en situation de détresse sanitaire, sur une solution d’évacuation sanitaire ». Ces rapatriements sanitaires seront, selon nos informations, mis en place de manière individuelle ou groupée pour les situations d’urgence liée à la pandémie.

Un dispositif bien accueilli par la députée LREM Amelia Lakrafi, qui représente l’Afrique de l’Est et le Moyen Orient : « Depuis le début de la crise, il y a eu plusieurs rapatriements sanitaires. Le Quai d’Orsay s’est doté d’un gros porteur pour la période et est en capacité de rapatrier jusqu’à 30 malades. Je me réjouis des mesures prises sur ce plan sanitaire et médical, cela prouve que nos compatriotes ne sont pas oubliés comme certains le disent parfois. Le dispositif de suivi médical spécifique déployé dans tout le réseau avec notamment l’appui à nos CMS (centre médico-sociaux) répond à mes demandes ».

> 150 millions d’euros pour l’enseignement français à l’étranger 

Le gouvernement a par ailleurs annoncé qu’une avance France Trésor, estimée à 100 millions d’euros, sera mise à disposition de l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) dans les prochains mois. Le dispositif de bourses scolaires disposera, quant à lui, de 50 millions d’euros. Ces sommes permettront notamment de proposer des aides exceptionnelles aux familles étrangères, qui représentent actuellement les 2/3 des effectifs, et ainsi d’aider à préserver le réseau.

Une décision bienvenue par tous les bords de l’hémicycle. Selon le sénateur Les Républicains, Christophe-André Frassa, « les amendements que nous avions proposé, ont participé à une prise de conscience de l’exécutif, qui s’est concrétisée aujourd’hui ». Idem pour la vice-présidente socialiste du Sénat, Hélène Conway-Mouret « Après le cafouillage sur le dispositif d’aide aux associations, le Stafe, je me réjouis que le gouvernement ait repris les amendements – 100 millions pour l’AEFE et 50 millions pour les bourses – que mon groupe avait déposé. Je pense que c’est une première étape qui va rassurer les familles ». La sénatrice a cependant rajouté : « Mais il reste des zones d’ombres, notamment le réseau culturel… »

> 50 millions d’euros pour l’aide sociale

Pour accompagner les Français les plus vulnérables dans les pays où ils ne bénéficient d’aucune aide de l’Etat, de leurs assureur ou de structures locales, le gouvernement a par ailleurs prévu une aide de 50 millions d’euros supplémentaires qui sera mise à disposition des ambassades et des consulats.

> Quelle aide aux entrepreneurs ?

Aucune aide n’a été pour le moment actée pour les entrepreneurs Français à l’étranger. Le sujet a cependant été abordé, d’après les parlementaires, pendant la réunion, par le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne. Le ministre serait d’ailleurs en contact avec les ambassades pour tenter d’identifier les situations problématique, comme dans le secteur du tourisme.

Une discussion serait par ailleurs en cours avec Proparco, la filiale de Agence Française de Développement (AFD). Selon Anne Genetet, l’AFD pourrait mettre en place « une garantie de prêt qui pourrait couvrir plus largement les besoins de nos entreprises et peut-être faciliter leur accès à des prêts par des banques locales » 

Mais pour Christophe-Andre Frassa, comme pour Anne Genetet, qui ont soulevé la question de cette aide aux entreprises, le sujet n’est pas clos : « Il faut qu’il y ait un mécanisme de solidarité. Ces entreprises représentent la France, participent au rayonnement économique de la France. Là, il y a encore une réponse à apporter. Pour l’instant il y a des pistes, mais pour l’instant rien de finalisé » déclare le sénateur républicain. Une déclaration confirmée par Anne Genetet : « Les soutiens ne sont pas immédiatement disponibles et pourtant les besoins sont maintenant. Nous avons un travail de parlementaire à faire pour continuer à alerter sur la situation de nos entreprises et de nos entrepreneurs qui font la richesse de notre réseau d’influence. »

> Des aides suffisantes et efficaces ?

Les méthodes utilisées pour dépenser ces aides seront probablement au coeur des prochains débats. Selon Christophe-André Frassa : « Maintenant les questions que nous nous posons en tant que parlementaires sont : est-ce que ce sera suffisant et est-ce que ce sera efficace ? ». Olivier Cadic lui aussi s’interroge : « Nous avons senti dans les échanges qu’il allait y avoir un débat à suivre sur comment cet argent va être utilisé. Mais on peut se réjouir qu’il y ait de l’argent comme s’il en pleuvait »

Lire la suite
Publicité
5 Comments

5 Comments

  1. Avatar

    Charles Romero

    30 avril 2020 at 17 h 17 min

    Bonjour, il n’existe manifestement pas de parlementaires des Français établis hors de France de gauche ? Vous n’en connaissez pas ? Ils n’ont pas d’avis ?
    Il faudrait peut-être alors modifier votre nom en francaisdedroitealetranger.fr et ce serait plus clair.
    Bien cordialement.

    • Pénélope Bacle

      Pénélope Bacle

      30 avril 2020 at 20 h 17 min

      Bonjour, contrairement à ce que vous indiquez, nous avons cité dans l’article la vice présidente PS du Sénat, Hélène Conway-Mouret :
      “Idem pour la vice-présidente socialiste du Sénat, Hélène Conway-Mouret « Après le cafouillage sur le dispositif d’aide aux associations, le Stafe, je me réjouis que le gouvernement ait repris les amendements – 100 millions pour l’AEFE et 50 millions pour les bourses – que mon groupe avait déposé. Je pense que c’est une première étape qui va rassurer les familles ». La sénatrice a cependant rajouté : « Mais il reste des zones d’ombres, notamment le réseau culturel… »
      Bien cordialement,

  2. Avatar

    Bloch

    30 avril 2020 at 18 h 11 min

    Ce sont les sommes proposées par les amendements du groupe socialiste au sénat qui ont été retenues. Cele vous a t ‘il échappé ou avez vous une idée personnelle de l’information ?

    • Pénélope Bacle

      Pénélope Bacle

      30 avril 2020 at 20 h 19 min

      Bonjour, contrairement à ce que vous indiquez, nous avons cité dans l’article la vice présidente PS du Sénat, Hélène Conway-Mouret, qui a mentionné cette question :
      “Idem pour la vice-présidente socialiste du Sénat, Hélène Conway-Mouret « Après le cafouillage sur le dispositif d’aide aux associations, le Stafe, je me réjouis que le gouvernement ait repris les amendements – 100 millions pour l’AEFE et 50 millions pour les bourses – que mon groupe avait déposé. Je pense que c’est une première étape qui va rassurer les familles ». La sénatrice a cependant rajouté : « Mais il reste des zones d’ombres, notamment le réseau culturel… »
      Bien cordialement,

  3. Avatar

    Mohamed Reda Hemmi

    2 mai 2020 at 0 h 01 min

    Bonjour,
    Français installé en Algerie avec mon épouse et mes 03 enfants mineurs et tout allait bien.A cause de ce confinement,plus d’école ni de possibilité de travailler.C’est quoi au juste l’aide sociale qui va être accordée aux français établis à l’étranger et comment procéder?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR