fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Coronavirus: quels sont les foyers épidémiques dans le monde?

Le Journal des Français à l’étranger fait un point sur la pandémie de coronavirus

Weena Truscelli

Publié

le

Coronavirus : quels sont les foyers épidémiques dans le monde?

Le coronavirus aujourd’hui dans le monde :

Environ 44 millions de personnes contaminées

Plus de 1,18 million de décès

Afrique

En Afrique, les chiffres restent bien inférieurs à ceux de l’Europe, des Amériques ou de l’Asie et les cas signalés continuent de diminuer. Les cinq pays notifiant le plus de cas sont l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Égypte, l’Éthiopie et le Nigéria, bien que l’Algérie déclare plus de décès que le Nigéria. Le Kenya est aussi en mauvaise posture.

Après plusieurs semaines d’une baisse de la courbe épidémique, l’Algérie, dont les frontières restent fermées, connaît une recrudescence de contaminations à la Covid-19, il semblerait que les gestes barrières soient moins respectés, la situation devient alarmante. Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire est prolongé jusqu’au 10 novembre, de nouvelles mesures restrictives ont été prises dans certaines régions. En Tunisie la détérioration de la situation épidémiologique menace gravement le système de soins du pays et le recours à un confinement a été évoqué par le ministre de la santé. La Libye enregistre aussi ces derniers jours un nouveau record d’infections.

Amériques

Sur le continent américain, ce sont encore les États-Unis qui déclarent le plus de cas, suivi du Brésil, de l’Argentine, de la Colombie puis du Mexique.

Aux États-Unis, 35 des 50 États voient leur courbe épidémiologique repartir à la hausse, on parle de troisième vague, ou de troisième “pic”: le 1er s’étant déroulé en avril, le second cet été et, le dernier à l’heure actuelle. Le Nord du pays et le Midwest semblent les plus touchés, mais les clusters sont maintenant répartis à travers tout le pays et touchent davantage des zones rurales où les hôpitaux disposent parfois de peu de lits.

Au Canada, les mesures mises en place dans les zones rouges (Québec, Montérégie etc. Consulter la carte) au début du mois d’octobre, vont être prolongées jusqu’au 23 novembre. Les bars, restaurants, cinémas, musées et bibliothèques, entre autres, sont fermés, il semble qu’un “plateau” ait été atteint, le nombre de cas augmente moins dans certaines régions.

Au Brésil, l’épidémie circule toujours mais continue à ralentir, le pays est éreinté. L’Argentine, bien qu’ayant imposé des mesures d’isolement et un très long confinement dans la région de Buenos Aires a du mal à contenir l’épidémie, le nombre de décès reste élevé. En Colombie le nombre de cas confirmés de contamination au coronavirus grimpe toujours et, au Mexique l’épidémie court encore, même si le “pic” semble avoir été atteint. Le Pérou inquiète encore et l’Equateur, dont la capitale Quito, est la ville la plus affectée par la pandémie, va fermer la plupart des cimetières pour la Toussaint.

Asie

Les pays notifiant le plus de cas et de décès restent l’Inde et l’Iran. L’Irak , le Bangladesh, l’Indonésie et la Turquie se partagent de mauvais chiffres, attestant d’une épidémie bien présente sur leur territoire. En Jordanie aussi, cas et décès continuent à se multiplier.

En Asie du Sud-Est, une tendance continue à la baisse s’est installée depuis les cinq dernières semaines, une diminution constante des cas a été observée en Inde, en Indonésie, au Myanmar, aux Maldives et au Bhoutan, les autres pays de la région continuant à fluctuer. Malgré tout, l’Indonésie a dépassé les Philippines pour devenir le pays ayant le plus grand nombre de contaminations en Asie du Sud-Est.

En Chine l’épidémie est sous contrôle, même si quelques cas, rapidement repérés, font encore parfois une apparition. La Corée du Sud et le Japon sont toujours relativement épargnés par la Covid-19, qui circule sans faire de gros dégâts (le Japon paraît bientôt sortit d’affaire), sans doute grâce à la notion de responsabilité collective mieux ancrées dans les moeurs.

En Israël, un déconfinement prudent a commencé le 18 octobre dans la plupart des régions. Dans la zone de conflit entre l’Arménie l’Azerbaïdjan, la situation, certainement mauvaise sur le plan épidémiologique, reste opaque.

Europe

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), confirme que pour la deuxième semaine consécutive, la région européenne représente la plus grande proportion de nouveaux cas de coronavirus signalés dans le monde. Même la Suède, relativement épargnée depuis le début de l’épidémie, a vu cette semaine les cas de contamination au coronavirus augmenter de 70 % par rapport à la précédente. La Norvège commence aussi à prendre des mesures, mais surtout par rapport aux pays alentours et la Russie décompte un nombre record de décès liés à la Covid-19.  L’Allemagne durcit ses mesures de restriction, la Belgique subit de plein fouet la deuxième vague, les cinémas, théâtres et musées sont clos, d’autres mesures seront certainement prises. La Pologne intensifie ses restrictions sanitaires.

En République tchèque, le gouvernement a décidé un reconfinement du pays du 22 octobre au 3 novembre. En Slovaquie, les déplacements sont limités et, à partir du lundi 26 octobre, seules les crèches, les écoles maternelles et le cycle du primaire fonctionneront en présentiel. Collèges et lycées seront fermés jusqu’au 27 novembre. Si la situation le permet, l’enseignement en présentiel reprendra le lundi 30 novembre dans tous les établissements scolaires. L’enseignement universitaire sera assuré à distance pendant tout le semestre hivernal. La Slovénie, qui avait réussi à limiter les contaminations de la première vague au printemps, subit un couvre-feu, les voyages entre les régions du pays sont limitées et contrôlées, les écoles appliquent un apprentissage à distance et un confinement partiel est imposé. Le nombre de décès augmente aussi en Hongrie, mais le gouvernement s’en tient à la fermeture des frontières (depuis le 1er septembre).

Royaume-Uni : au Pays de Galles, 2 semaines de confinement local ont été décidées du 23 octobre au 9 novembre, avec la recommandation de ne pas quitter son domicile. En Irlande du Nord, des mesures restrictives sont prévues pour une durée initiale de quatre semaines, du 16 octobre au 13 novembre. En Ecosse, les pubs et restaurants de la zone centrale du pays, qui comprend notamment Edimbourg et Glasgow, devaient fermer jusqu’au 26 octobre (au moins). Les rassemblements en intérieur entre deux foyers sont également interdits. En Angleterre, le territoire est réparti en 3 zones en fonction de la circulation du virus, les restrictions peuvent varier de façon significative en fonction du lieu où l’on se trouve.

En Italie, dans plusieurs grandes villes comme Rome, Milan et Naples les commerces non essentiels sont fermés et des couvre-feu sont appliquées, dont les horaires sont variables car les régions peuvent introduire des mesures plus restrictives avec l’accord du ministre de la Santé. L’Espagne est en état d’alerte, couvre-feu et état d’urgence sanitaire ont été décrétés. Un confinement le week-end sera peut être instauré en Catalogne. Le Portugal a limité les déplacements des populations pour le week-end de la Toussaint, la situation s’aggrave. En Grèce, pays jusqu’à présent plutôt épargnée par la pandémie, le nombre de cas détectés se multiplient et de nouvelles mesures sont entrées en vigueur.

La pandémie prolifère sur le territoire français, un confinement national a été décrété, les commerces non essentiels doivent fermer, les écoles, collèges et lycées restent ouverts.

Océanie

Pendant qu’en Australie la ville de Melbourne, capitale de l’État du Victoria où la pandémie a été la plus dure, sort d’un confinement strict de 3 mois et que la deuxième vague semble endiguée dans le pays, l’épidémie progresse de façon inquiétante en Polynésie française. La Polynésie française fait actuellement l’objet d’un couvre-feu entre 21h et 6H00, comme 54 départements français. Dans ce territoire, l’obésité, l’insuffisance rénale, les maladies cardiovasculaires et le diabète, qui constituent des facteurs aggravants de risque, sont très fréquents et l’évolution actuelle de l’épidémie fait craindre une saturation du centre hospitalier de Tahiti.

Les Îles Salomon, archipel de 685.000 habitants situé au nord de l’Australie, ont annoncé il y a peu avoir enregistré leur premier cas de coronavirus, un étudiant arrivé des Philippines début octobre. Ils ne restent plus que 9 nations insulaires disséminées dans l’océan pacifique qui soient apparemment encore épargnées par la pandémie de coronavirus : Kiribati, les Îles Marshall, les Etats fédérés de Micronésie, Nauru, Palau, les Samoa, les Tonga, Tuvalu et le Vanuatu. La plupart de ces îles ont fermé leurs frontières depuis le printemps et pour ces territoires, la mer est une frontière naturelle qui régule la circulation des personnes. Aux îles Marshall, par exemple, les bateaux de pêche revenant de pays infectés ont parfois eu du mal à revenir à leur port d’attache.

La Nouvelle Zélande, dont la stratégie du gouvernement face à l’épidémie a été saluée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), retourne avec précaution à une vie normale après avoir subit son lot de mesures contraignantes. La Nouvelle Zélande étant aussi une île ainsi qu’un territoire à faible densité de population, il a été moins difficile de fermer les frontières et de respecter la distanciation physique.

Trouver certaines données épidémiologiques

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Coronavirus: quels sont les foyers épidémiques dans le monde? -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR