fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

Travailler dans les îles (4/5) : La Réunion

Français à l’étranger revient sur les conditions d’emploi dans les territoires français d’outre-mer. Situé sur l’océan indien, l’île de la Réunion a son économie tournée vers le tourisme, les service et la culture de la canne à sucre

Pierre De Bellegarde

Publié

le

Travailler... à La Réunion

› Les conditions légales pour vivre et travailler

La Réunion étant un département français, les mêmes règles que la Métropole s’appliquent concernant le droit du travail et les conditions légales pour y vivre.

Si vous êtes fonctionnaire ou médecin dans un service public, vous pourriez cependant être intéressé par certains avantages datant des années 50, à l’origine mis en place pour compenser le décalage des conditions de vie entre les fonctionnaires de France et ceux des territoires ultramarins. Congés, retraites supplémentaires, salaires majorés… Aujourd’hui, plusieurs de ces droits sont toujours en vigueur pour les employés de la fonction publique. Ainsi, un instituteur ou professeur à la Réunion touche un salaire environ 30% supérieur à son homologue métropolitain.

› Trouver un emploi

Le taux de chômage est élevé à la Réunion, notamment chez les 15-24 ans dont 44% sont demandeurs d’emploi. L’emploi y est concentré dans les secteurs du tourisme et des services. Malgré la progression de la création d’emplois chaque année, elle n’est pas suffisante pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail.

Suite à un déplacement présidentiel en 2019, la Réunion applique le Plan PETREL (Priorités et rassemblement pour l’emploi local à La Réunion) comprenant 20 mesures allant de l’aide à l’insertion, au renforcement de l’accompagnement des bénéficiaires du RSA, à l’apprentissage, jusqu’au développement des entreprises.

Les sites internet nationaux pourront être une source de recherche d’emploi, tout comme ceux des mairies ou établissements publics. Certains sites sont spécifiquement dédiés à l’Outre-mer :

Compte tenu de l’activité touristique, l’emploi saisonnier dans le secteur des services peut être une piste de recherche, tout comme dans le domaine de l’agriculture.

› Les secteurs porteurs d’emploi

A la Réunion, une entreprise sur deux se situe dans le domaine des services. On trouve ensuite les secteurs du commerce, de la grande distribution et du BTP. Les secteurs à forte valeur ajoutée y sont peu développés, ce qui rend les emplois moins productifs. Cependant, l’île se porte mieux que ses voisins de l’Océan Indien.

Le poids de l’industrie y est deux fois moins élevé qu’en France métropolitaine, mais celui de l’agriculture et de la construction sont plus proches. Ainsi, la production agricole locale couvre plus de la moitié des besoins de la Réunion, connue à l’exportation pour sa filière canne-sucre et ses rhums. L’ « économie bleue » pourrait aussi vous intéresser : activités portuaires, production d’énergie marine… Enfin, le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) est actuellement en plein essor.

› Créer son entreprise

En 2020, l’INSEE notait l’augmentation de la création d’entreprise sur l’île de la Réunion (+4%).

La double appartenance de l’île à l’espace européen et au milieu tropical est un atout : il peut permettre d’exporter chez ses voisins un savoir-faire adapté aux territoires insulaires ou tropicaux. Ainsi, il pourrait être intéressant et sécurisant d’imaginer résider sur ce territoire français tout en rayonnant dans l’Océan indien, et pourquoi pas jusqu’à l’Australie, la Nouvelle Zélande, ou encore l’Afrique du Sud.

Vous trouverez sur le site Entreprise-Réunion toutes les informations relatives à la création d’entreprise sur l’île. Piloté et financé par la Région Réunion, il vise à améliorer l’accompagnement des porteurs de projet par une meilleure lisibilité de l’offre régionale et du parcours à suivre.

Les entreprises exerçant dans les départements d’outre-mer sont soumises, sous réserve de certaines règles relatives à des avantages fiscaux spécifiques, à la fiscalité française des entreprises. L’instauration de zones franches d’activité est venue alléger les prélèvements fiscaux des entreprises. Elles instaurent des abattements sur les bénéfices imposables et sur les bases imposables à la cotisation foncière des entreprises, à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, à la taxe foncière sur les propriétés bâties et des exonérations en matière de taxer foncière sur propriété non bâtie.

Aussi, la TVA fonctionne à des taux inférieurs à ceux de la métropole même si elle vient se greffer sur l’octroi de mer. Le taux normal est à 8% et le taux réduit est à 2,1%.

Pour favoriser les investissements en Outre-mer, des dispositifs de défiscalisation, plus avantageux qu’en métropole, ont été successivement créés (réductions d’impôts).

Enfin, plusieurs dispositifs coexistent pour diminuer le coût du travail (réduction de la taxe sur les salaires pour les entreprises et régime spécifique d’exonération de charges sociales).

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR