fbpx
Suivez nous sur

Actualités politiques

Les nouveaux Français de l’étranger. Sylvain Rigollet : « Nous ne voulons pas être les oubliés de la métropole »

Débarqué à Kiev en 2015, Sylvain Rigollet est rapidement tombé sous le charme de l’Ukraine. En l’absence de représentant des Français de l’étranger dans ce pays depuis 2014, cet attaché de coopération au Ministère des Affaires Étrangères a décidé de se présenter aux prochaines élections consulaires.

Publié

le

Les nouveaux Français de l’étranger. Sylvain Rigollet : « Nous ne voulons pas être les oubliés de la métropole »

« Tout petit, je disais à mes parents que je voulais être pâtissier sur un bateau, se souvient Sylvain Rigollet. Inconsciemment, il y avait déjà cette idée de voyage ». Bien que cette soif de découvrir le monde remonte à son enfance, Sylvain Rigollet insiste sur le fait qu’il n’avait jamais planifié de partir à l’étranger. « Ce sont les hasards du parcours qui ont fait ce que je suis » ajoute-t-il. Cet attaché de coopération scientifique et universitaire, qui se destinait à l’origine à une carrière d’enseignant, est depuis six ans expatrié en Ukraine. Français au parcours riche et diversifié, Sylvain Rigollet a d’abord mené des études de géographie en Bourgogne, avant de s’expatrier en Allemagne puis à Saint-Pétersbourg, en Russie. Ces deux ans et demi à l’étranger ont fini de le convaincre des bienfaits de l’expatriation. En parallèle de ses études, ce touche-à-tout a été guide interprète aux hospices de Beaune ou encore analyste en étude des pollens.

En 2015, il saisit l’opportunité offerte par le Ministère des Affaires Étrangères de s’exiler. Il s’expatrie à Kiev en tant qu’attaché de coopération scientifique et universitaire auprès de l’ambassade de France. Sa maîtrise de la langue russe et le bel accueil de ses collègues ont largement facilité son acclimatation en Ukraine. Sylvain Rigollet n’arrivait pas non plus en terre inconnue. Il avait déjà eu l’occasion de séjourner temporairement en Ukraine dans le cadre de congrès étudiants ou bien pour rendre visite à des amis.

Une solidarité ukrainienne attachante

Depuis un an et demi, Sylvain Rigollet a été déplacé en Bosnie-Herzégovine en tant qu’attaché de coopération au Ministère des Affaires Étrangères. Pourtant, cette mutation professionnelle ne l’empêche pas de conserver des attaches particulières avec l’Ukraine. Au cours de ses quatre années à Kiev, le Français s’est marié avec une ukrainienne. « C’est en Ukraine que le domicile familial de mon épouse se trouve, du coup, je jongle entre les deux pays. C’est un peu du mi-temps » résume Sylvain Rigollet. « Ma présence extrêmement régulière dans le pays explique que je sois candidat aux élections consulaires à Kiev ».

Sylvain Rigollet est rapidement tombé sous le charme de ce vaste pays au paysage varié. À l’origine, il avait surtout choisi l’Ukraine pour mettre à profit ses connaissances des langues slaves, et notamment du russe. Mais ce polyglotte a très vite été attiré par la culture et les traditions ukrainiennes. Sylvain Rigollet loue la convivialité et l’art de vivre des locaux. « Contrairement à des pays comme l’Allemagne ou la France, j’ai retrouvé une très grande solidarité malgré une situation économique compliquée. Les Ukrainiens ne sont pas froids et possèdent des liens familiaux extrêmement forts. C’est parfois ce qui manque en Europe occidentale » regrette-t-il.

La voix des Français en Ukraine

Lors de son arrivée à Kiev en 2015, Sylvain Rigollet a été marqué par l’absence de représentant des Français de l’étranger en Ukraine. Selon lui, la révolution de Maïdan n’est pas étrangère à cette situation inédite. C’est en partie pour combler ce manque qu’il a pris la décision de s’engager auprès de ses compatriotes expatriés. « La communauté française en Ukraine n’est pas très importante. Elle représente moins d’un millier de personnes, mais ce n’est pas une raison pour qu’elle ne soit pas représentée » argue Sylvain Rigollet. Il souhaite mettre son parcours varié au service du plus grand nombre. Après avoir mené une vie associative riche et très ouverte sur le continent européen, cet Ukrainien d’adoption se lance un nouveau défi avec sa candidature aux élections consulaires.

Sylvain Rigollet ambitionne de jouer le rôle d’interlocuteur entre l’ambassade, qu’il connait bien, et la communauté française locale. « Nous ne voulons pas être les oubliés de la métropole, glisse l’expatrié. Dernièrement, le discours d’Emmanuel Macron était ‘’profitez des vacances pour venir vous faire vacciner en France’’… Ce n’est absolument pas adapté à ce qu’attendent les Français de l’étranger. Pour beaucoup d’entre eux, un aller-retour en France n’est pas évident financièrement. Nous voulons vraiment que nos problématiques soient prises en compte » insiste-t-il. Selon Sylvain Rigollet, c’est dans les périodes de crise, comme nous en connaissons depuis plus d’un an, que le lien entre la France et ses expatriés s’avère essentielle.

En ce qui concerne son avenir, l’actuel chargé de coopération souhaite ne se fermer aucune porte. Pourtant, dans un coin de sa tête, Sylvain Rigollet désire retrouver un poste à Kiev. Cela lui permettrait de se rapprocher de sa belle-famille et de tenter d’apporter son expérience de terrain aux Français expatriés en Ukraine.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR