fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 16 au 21 juin

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 16 au 21 juin.

Publié

le

Afrique

> Éthiopie

Les Éthiopiens se rendront aux urnes le 21 juin prochain pour les élections générales dans un contexte de tensions multiples. Initialement prévues en août 2020 mais déplacées en raison du contexte sanitaire, puis en mai 2021 et décalées également pour des problèmes d’organisation, ces élections risquent d’être affectées par les violences ethniques qui ont cours dans le pays, notamment dans les États de Benishangul-Gumuz, Oromia et Amhara. Les tensions sociales font aussi craindre des heurts dans la capitale Addis-Abeba. Par ailleurs, ce scrutin a été indéfiniment reporté dans l’État du Tigré, au nord du pays, où la situation sécuritaire reste dégradée depuis le début de la campagne militaire menée par le gouvernement fédéral contre le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) en novembre dernier. Enfin, les tensions déjà palpables avec les voisins du Soudan et de l’Égypte à propos du Grand-Barrage de la Renaissance éthiopienne (qui devrait être le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique) risque d’être accentuées après l’annonce par le Premier ministre Abiy Ahmed de la création de bases navales éthiopiennes dans la mer Rouge.

> Nigeria

Instituée en 2018 par le président Muhammadu Buhari, la Journée de la démocratie, qui se tient tous les 12 juin, a fait cette année l’objet de nombreux rassemblements dans les grandes villes nigérianes, dont Benin City, Jos, Ibadan, Osogbo, Akure. Des arrestations ont également eu lieu dans la capitale administrative Abuja, et à Lagos, principal centre économique du pays, avec, selon certaines sources locales, le recours à des gaz lacrymogènes et tirs à balles réelles. Cette fronde contre le pouvoir – dont la simultanéité des rassemblements dans plusieurs villes rappelle le mouvement #EndSars qui avait été initié en octobre 2020 pour dénoncer les violences policières – a notamment été relancée par le décision du président Buhari de suspendre la plateforme Twitter dans le pays et par l’insécurité récurrente qui sévit au Nigeria.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Israël

Après que la Knesset (le Parlement israélien) lui a voté sa confiance le 13 juin, la large coalition politique qui s’est constituée autour de Naftali Bennett, le nouveau Premier ministre, a mis fin aux douze ans de pouvoir de Benyamin Nethanyahu. Dans un climat de tension interne et régionale réactivé par les affrontements violents de mai dernier, en particulier avec le Hamas, des rassemblement de partisans et opposants au Premier ministre déchu sont à anticiper dans les jours à venir, notamment à Jérusalem.

> Liban

La corruption, les pénuries d’énergie et les taux de change prohibitifs continuent d’alimenter la grogne de la population libanaise, décidée à organiser de nouveaux rassemblements dans les semaines à venir, dans un contexte de paupérisation globale qui favorise également le développement de la criminalité dans le pays.

> Yémen

Englué dans une crise multidimensionnelle, le gouvernement reconnu par la communauté internationale et dirigé par Abdrabbo Mansour Hadi ne parvient pas à répondre aux nombreux problèmes socio-économiques générés par l’instabilité politique et géopolitique du Yémen. En conséquence, de prochains rassemblements de protestation sont à prévoir dans les gouvernorats d’Aden, Ta’izz, Lahij, Hadramaout et Al-Hodeïda.

Amériques

> Brésil

Prévue initialement en Colombie et en Argentine puis annulée dans ces pays en raison de la crise sanitaire, la Copa America (plus ancienne compétition internationale de football, créée en 1916) a finalement débuté au Brésil ce 13 juin, pour un épilogue attendu le 11 juillet. Ce passage de relais est loin de faire l’unanimité dans un pays qui compte près de 500.000 victimes du Covid-19 et marqué par la gestion erratique de cette crise par Jair Bolsonaro. Plusieurs groupes d’opposition ont ainsi appelé à se rassembler pour continuer à fustiger l’organisation de cet événement sportif.

> Colombie

En marge des négociations entre le président Iván Duque et les leaders du mouvement antigouvernemental, actuellement au point mort, des manifestations massives ont toujours lieu dans la capitale Bogotá, à Cali et Bucaramanga, ponctuées de heurts fréquents avec les forces de l’ordre.

> Haïti

Le référendum constitutionnel prévu le 27 juin sera finalement reporté en raison du contexte sanitaire qui complique l’organisation de ce scrutin, selon l’annonce du président Jovenel Moïse, le 7 juin dernier. Parallèlement à ces défis de santé publique, le pays reste régulièrement impacté par les affrontements entre gangs rivaux et/ou avec les forces de l’ordre, particulièrement dans la capitale Port-au-Prince.

> Nicaragua

La perspective de la présidentielle du 7 novembre 2021 semble conduire le président Daniel Ortega à amplifier la répression à l’égard des opposants politiques, comme en témoigne l’arrestation de cinq d’entre eux le 13 juin. Des rassemblements de protestation sont attendus dans ce cadre au sein de la capitale Managua.

> Pérou

L’incertitude continue de prévaloir quant au résultat définitif de l’élection présidentielle qui s’est tenue le 6 juin. Pour l’heure, le socialiste Pedro Castillo bénéficie toujours d’une courte avance sur sa rivale, la conservatrice Keiko Fujimori, qui dénonce pour sa part des irrégularités électorales.

Asie-Pacifique

> Birmanie (Myanmar)

Le procès d’Aung San Suu Kyi a commencé ce 14 juin. L’ancienne cheffe du gouvernement doit répondre de six chefs d’accusation que ses avocats considèrent «absurdes» et pour lesquels elle risque jusqu’à vingt-six ans de prison. Plus de quatre mois après le coup d’Etat militaire, des affrontements sporadiques continuent dans le pays et des heurts avec les forces militaires sont à envisager en marge de ce procès.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

> Arménie

Les difficultés socio-économiques et les tensions frontalières sont en toile de fond des élections législatives qui auront lieu le dimanche 20 juin. Au terme du conflit dans le Haut-Karabakh ponctué par un cessez-le-feu en novembre 2020, la discorde avec le voisin azerbaïdjanais reste patente comme le démontrent les récents incidents impliquant les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises dans les espaces frontaliers entre les deux pays. Au plan politique, la situation demeure instable depuis la démission le 25 avril de Nikol Pachinian, contesté pour sa gestion du conflit du Haut-Karabakh, tandis que la corruption corruption endémique continue de saper la confiance de la population à l’endroit de la classe dirigeante. Des manifestations en lien avec ces récriminations sont attendus dans la capitale Erevan dans les jours et les semaines à venir.

> Région

Initié aux États-Unis au début des années 1970, le «mois des fiertés» – qui se déroule en juin dans le cadre des droits et de la reconnaissance des communautés LGBTQ+ via des marches organisées et des événements spontanés sur la voie publique – est maintenant célébré dans bon nombre de pays européens (France, Italie, Grèce, Finlande, Norvège, Portugal, Espagne, Suisse…). Des rassemblements qui, au-delà de leur caractère festif, font écho à un contexte délétère quant à ces droits fondamentaux. Ainsi, en Italie, des manifestations ont eu lieu ces dernières semaines à propos d’une proposition de loi dépénalisant les discriminations homophones. En Espagne, cinq personnes ont été blessées les 29 et 30 mai derniers lors d’une agression commise par des membres d’un commando d’extrême droite. La ville de Barcelone, où un défilé sera organisé le 26 juin, fait quant à elle état de rapports locaux qui signalent 74 agressions à caractère homophobe depuis le début de l’année 2021.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR