fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

En Asie du Sud-Est, le groupe Acacia consolide ses écoles et vise le «Cap 2030»

Présent en Thaïlande, au Vietnam et au Cambodge, le réseau scolaire Acacia figure parmi les acteurs importants en Asie du Sud-Est dans le domaine de la petite enfance francophone.

Publié

le

Acacia

Acacia a été fondé en 2008 à Bangkok par deux professionnels de l’enseignement français à l’étranger, Christophe et Eugenia Galian. Le réseau scolaire compte à ce jour quatre crèches et écoles maternelles, et a des projets d’ouverture dans d’autres pays clés de cette région très dynamique. Après le succès rencontré dans la capitale thaïlandaise par leur concept de programmes bilingues français-anglais basés sur le curriculum de l’Education nationale, Christophe Galian a décidé en 2017 que cette belle aventure pédagogique et humaine méritait de prendre son envol vers d’autres contrées. Une école est ainsi née en 2018 à Hanoï, puis en 2020 une autre à Phnom Penh, issue de la fusion avec l’établissement francophone le plus ancien de la ville, Tchou-tchou. Christophe Galian ne cache pas que la crise du Covid a été dure, mais, Acacia a fait preuve de flexibilité pour passer la tempête, et le réseau s’apprête aujourd’hui à revenir plus fort !

«Depuis deux ans, nos écoles ont subi de plein fouet la crise qui s’est accompagnée de périodes successives de fermeture des écoles dans chacun des pays où nous sommes présents», admet le Français expatrié en Asie de longue date. «Heureusement, nos équipes ont mis en place un dispositif d’accompagnement pédagogique le plus adapté possible aux besoins de nos très jeunes élèves, mais il faut reconnaitre que cela ne saurait en aucun cas remplacer une scolarité en présentiel», dit-il. Et de poursuivre : «Nos écoles de Bangkok et de Phnom Penh ont pu rouvrir en novembre dernier, et même si les effectifs ont baissé par rapport à 2019, nous sommes ravis de revoir progressivement de nouvelles familles arriver. Nous remontons progressivement la pente», se réjouit-il. «A Hanoï, en revanche, la situation est plus délicate. Les écoles sont fermées depuis bientôt une année et nous ne savons toujours pas si nous allons avoir l’autorisation de rouvrir prochainement.»

Opportunités dans la crise

Cette période difficile pour l’enseignement privé en Asie n’empêche pas M. Galian d’avoir un regard positif sur les deux années passées : «Au-delà des difficultés rencontrées, cette crise aura été une source d’opportunités, cela nous aura permis d’acquérir en novembre un très bel établissement scolaire anglophone à Bangkok, l’école internationale Bright Skies, et ainsi d’agrandir notre établissement du quartier Sukhumvit. Nous travaillons en ce moment à l’acquisition d’une autre structure dans une autre mégapole asiatique.»

Christophe Galian voit l’avenir de son réseau grandissant avec optimisme, et il souhaite l’inscrire dans le défi du «Cap 2030», l’objectif fixé par le chef de l’État d’un doublement d’ici huit ans des effectifs des écoles et lycées français à l’étranger. «Lorsque j’ai eu connaissance de cette impulsion que notre président souhaitait donner aux écoles françaises à l’étranger, j’ai compris que c’était le bon moment pour nous d’intégrer le réseau AEFE, et nous nous sommes donc tournés vers le Service d’appui et du développement du réseau (SADR)», explique-t-il.

Le SADR a été créé en 2018 par l’AEFE dans le cadre du plan «France 2030» à la demande du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Une équipe d’experts accompagne des investisseurs publics ou privés qui veulent développer une offre d’enseignement conforme aux programmes scolaires français.

«Je suis allé à Paris il y a un an et demi pour signer des conventions pour les quatre écoles Acacia», détaille M. Galian. «Cela nous permet depuis de bénéficier d’un accompagnement de grande qualité de leur part. Grâce à leur expertise et leur soutien, nous construisons notre dossier en faisant les adaptations nécessaires pour que le mode de fonctionnement de nos écoles maternelles corresponde au mieux aux demandes de l’Education nationale», se réjouit-il avant d’ajouter : «J’ai le sentiment parfois que ce service a été créé sur mesure pour des structures privées comme la nôtre.»

Christophe Galian espère qu’avec le soutien du SADR, les écoles Acacia pourront être homologuées d’ici 2023 afin que la vitalité du groupe s’inscrive pleinement dans la dynamique voulue par le Président pour 2030.

Lire la suite
Publicité
1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR