fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Catherine Colonna : « La Russie s’en prend aux fondements même de l’ONU »

Lors d’une conférence de presse tenue lundi à l’occasion de la 77e Assemblée générale des Nations unies à New York, la cheffe de la diplomatie française n’a pas mâché ses mots face à l’annexion de l’Ukraine en février dernier par Vladimir Poutine.

Publié

le

Catherine Colonna : « La Russie s’en prend aux fondements même de l’ONU »

Pour la première fois depuis 2019 et la crise du Covid-19, l’Assemblée générale de l’ONU retrouve cette année son format habituel. Catherine Colonna s’est appesantie sur la « guerre d’agression » menée contre l’Ukraine par une Russie « ignorant toutes les lois de la guerre », perpétrant « exactions, viols, meurtres, torture, déportations forcées ». « La Russie, pourtant membre permanent du Conseil de sécurité, s’en prend aux fondements mêmes de notre organisation. Il est particulièrement préoccupant de voir la Russie franchir trois seuils dans cette guerre : un seuil juridique, un seuil moral par l’étendue des crimes commis en Ukraine et un seuil politique, en prenant la responsabilité d’un chantage à la sécurité alimentaire, d’un chantage à la sécurité énergétique mondiale », a ajouté la diplomate, alors que la France préside le Conseil de sécurité ce mois-ci. « Nous sommes ici pour contribuer à endiguer cette fracturation du monde, cette fracturation dont on voit bien que certains la souhaitent, que d’autres l’observent, et que beaucoup, la majorité à vrai dire, la subit » et « pour défendre un multilatéralisme efficace », a-t-elle déclaré. « C’est ici, à New York, que le monde entier est présent, que l’humanité entière est présente. C’est bien ici que nous devons agir pour défendre un multilatéralisme efficace. »

Appui constant de la France à l’Ukraine

En amont de cette prise de parole de lundi, la ministre a mené pas moins de huit entretiens formels ou informels avec ses homologues européens, indien, émiratie, chinois, russe, irakien ou encore jordanien. Elle a aussi rencontré son homologue russe : « J’ai dit à Sergueï Lavrov que la situation à la centrale de Zaporijjia et autour de la centrale de Zaporijjia était critique. La Russie qui occupe la zone de la centrale ne peut se rendre responsable d’un accident nucléaire lié à sa présence. Le temps est compté pour établir les zones de sécurité et avancer sur la base des propositions faites par le directeur général de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique, ndlr) dans ce but. » La patronne du Quai d’Orsay présidera d’ailleurs ce jeudi une réunion du Conseil de sécurité sur l’impunité, avec le procureur de la Cour pénale internationale et le ministre des Affaires étrangères ukrainien. « Je rappellerai l’appui constant de la France aux enquêtes de l’Ukraine, a détaillé Catherine Colonna, et notamment par le déploiement d’experts français et la livraison de matériel technique pour collecter les preuves, pour documenter les cas dont la justice est saisie. Et je soulignerai par ailleurs le soutien constant de la France à la Cour pénale internationale et à son procureur, depuis le mois de mars. »  La CPI a été saisie en mars par quarante-trois Etats dont la France. « Les auteurs de ces atrocités devront répondre de leurs actes devant la justice », a martelé la ministre.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR