fbpx
Suivez nous sur

Actualités politiques

Législatives 2024 : la majorité des députés sortants des Français établis hors de France sont candidats à leur réélection

Alors que la période de dépôt des candidatures court du 12 au 16 juin 2024, plusieurs députés sortants des Français établis hors de France ont d’ores et déjà annoncé sur les réseaux sociaux qu’ils sont candidats à leur propre succession.

Publié

le

Assemblée nationale

À l’issue des résultats des élections européennes du 9 juin 2024 au cours desquelles la liste de Jordan Bardella (Rassemblement national) est arrivée en tête avec 31,36% des suffrages exprimés, Emmanuel Macron a pris la décision exceptionnelle de dissoudre l’Assemblée nationale.

Comme leurs 566 collègues, les onze députés des Français établis hors de France se retrouvent donc désormais sans mandat et certains ont annoncé dès ce lundi qu’ils repartent en campagne pour les élections législatives qui se tiendront les 30 juin et 7 juillet 2024. D’autres députés sortants mais également des candidats d’autres listes pourraient se faire connaître dans les prochains jours. Publié ce 10 juin 2024, le décret de convocation des électeurs fixe en effet les dates de dépôt des candidatures entre le mercredi 12 juin et le dimanche 16 juin 2024 à 18h.

Voici les députés sortants qui ont déjà annoncé leur candidature:

  • « Je suis candidat de la majorité dans la circonscription des Français d’Amérique du Nord, aux côtés de mon suppléant Christopher Weissberg », annonce Roland Lescure (Renaissance). L’actuel ministre délégué à l’Industrie et à l’Énergie avait été élu à la tête de la première circonscription des Français établis hors de France lors des législatives de 2022 avant de céder son siège parlementaire à son suppléant Christopher Weissberg une fois nommé au gouvernement. « Les Français d’Amérique du Nord, qui m’ont élu par deux fois, l’ont vécu avec Trump. L’extrême droite au pouvoir, c’est le repli sur soi, la division permanente, les attaques des institutions et de la démocratie, la remise en cause de l’avortement et des droits LGBTQ+… Face à un risque d’alliance des droites dures et à la gauche mélenchoniste, je suis convaincu qu’un large rassemblement libéral, démocrate et résolument social s’impose », explique Roland Lescure dans sa déclaration de campagne.

 

  • « Plus que jamais engagée pour les Françaises et les Français d’Amérique latine et des Caraïbes! Et puis… jamais deux sans trois », écrit sur X Eléonore Caroit (Renaissance) la députée sortante de la 2e circonscription des Français établis hors de France (Amérique latine et Caraïbes), candidate à sa réélection. Pour la parlementaire, il s’agit en effet de sa troisième campagne électorale en deux ans, son élection de 2022 ayant été invalidée en janvier 2023 par le Conseil constitutionnel pour des dysfonctionnements lors du vote par voie électronique, tout comme celle de Karim Ben Cheikh (9e circonscription – Générations). Tous deux avaient retrouvé leurs sièges à l’Assemblée nationale à l’issue de législatives partielles organisées en avril 2023. Le député Meyer Habib (8e circonscription – LR) -dont l’élection avait pour sa part été annulée pour des irrégularités lors du scrutin de juin 2022- avait également réintégré l’hémicycle après sa réélection aux mêmes dates.

 

  • « C’est reparti. Candidature déposée pour les législatives dans la 4ème circonscription des Français établis à l’étranger. Ensemble pour la République, pour l’Europe et contre les extrêmes », écrit sur X Pieyre-Alexandre Anglade (Renaissance). Il avait été élu pour la première fois en 2017 dans cette circonscription qui englobe la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

 

  • « Oui, je serai candidat à ma réélection ! Un candidat indépendant, libre, qui n’abandonne pas en cours de route. Un candidat à qui il reste des batailles à mener à l’Assemblée nationale. Un candidat qui ne veut pas laisser le champ libre aux populistes », affirme ce 10 juin 2024 Stéphane Vojetta (apparenté Renaissance) sur X. Dans une vidéo, celui qui était jusqu’alors député de la 5e circonscription des Français établis hors de France (Espagne, Portugal, Andorre, Monaco) indique qu’il souhaite, s’il est réélu, participer « à une majorité de coalition avec d’autres députés représentants d’autres partis républicains ». Il rappelle aussi que pour ces élections législatives, le vote électronique ne sera pas disponible et invite les ressortissants français de sa circonscription à préparer des procurations si besoin.

 

  • « Je ne me résous pas à voir l’extrême droite gouverner la France et l’entraîner dans le repli et le déclin. Notre pays a des atouts formidables. Je suis convaincu qu’il est capable, en continuant à se transformer, de se projeter dans l’avenir avec confiance. Nous avons besoin pour cela d’une majorité stable et responsable. Dès ce soir nous devons nous mobiliser pour remporter ces nouvelles élections législatives. Je suis candidat pour continuer à représenter et défendre les Français de Suisse et du Liechtenstein », explique Marc Ferracci (Renaissance) sur X ce 10 juin 2024. Le député de la 6e circonscription des Français établis hors de France fait partie de l’entourage proche d’Emmanuel Macron.

 

  • « À l’heure de la guerre d’Ukraine et de l’accélération du réchauffement climatique, à l’heure de la multiplication des crises et de l’accroissement des inégalités dans le monde, nous avons besoin d’un parlement fort. La nation française doit reprendre ses institutions démocratiques en main. Les déséquilibres institutionnels, les désordres et les menaces autoritaires nous placent, chacune et chacun, devant nos responsabilités. C’est la France de la raison, de la fraternité et de la citoyenneté qui est aujourd’hui en jeu. Ce sont la démocratie, l’efficacité et la solidité de nos institutions qui sont aujourd’hui en jeu. La France doit être forte pour continuer à jouer son rôle dans le concert du monde et en Europe. Nous avons tant de défis pour ce XXIe siècle : je suis convaincu que notre pays a la force et l’énergie pour les relever. Je suis candidat pour continuer à défendre et représenter à l’Assemblée nationale les Français établis en Allemagne, Europe centrale et dans les Balkans. » Voilà la déclaration sur X de Frédéric Petit (Modem), député sortant de la 7e circonscription des Français établis hors de France (Europe de l’Est, Europe centrale et Balkans) et également candidat à sa réélection.

 

  • « Face à une extrême-droite aux portes du pouvoir, l’union de TOUTES les forces de la gauche et de l’écologie s’impose. Je suis candidat dans la 9e circonscription des Français établis hors de France. Je vous donne RDV nombreux et unis les 30 juin et 7 juillet prochains », annonce sur X Karim Ben Cheikh (Générations). Tout comme Éléonore Caroit (2e circonscription – Renaissance), le député de la 9e circonscription (Maghreb et Afrique de l’Ouest) entame sa troisième campagne électorale en deux ans, son élection de 2022 ayant été invalidée en janvier 2023 par le Conseil constitutionnel pour des dysfonctionnements lors du vote par voie électronique.

 

  • « Pour continuer de vous servir au plus près du terrain et de vos préoccupations, je sollicite une nouvelle fois votre confiance les 30 juin et 7 juillet prochains. Vous le savez, je me suis toujours efforcée d’être une députée présente et à l’écoute. Cela me semble encore plus nécessaire aujourd’hui, alors que vous avez exprimé si clairement vos inquiétudes hier. Comme nous le faisons ensemble depuis 7 ans, poursuivons les chantiers pour améliorer votre quotidien », explique sur X Amélia Lakrafi (Renaissance), également candidate à sa propre succession dans la 10e circonscription des Français établis hors de France (Proche-Orient, Afrique centrale, orientale et australe).

 

  • « Les résultats des élections européennes nous obligent à un sursaut collectif. Les nouvelles élections permettront aux Français de choisir leur destin. J’ai pris la décision de prendre toute ma part dans ce combat électoral », annonce Anne Genetet (Renaissance) à la tête de la 11e circonscription depuis 2017. Cette circonscription englobe les pays d’Asie et d’Océanie.

Alexandre Holroyd passe le flambeau

  • « Pendant sept ans, j’ai représenté les Français d’Europe du Nord. Cette mission a été l’honneur de ma vie. Je considère qu’il est temps de passer ce flambeau », indique Alexandre Holroyd (Renaissance), seul député à ne pas se représenter parmi ceux qui représentent les Français établis hors de France. Il affiche par ailleurs son soutien à Vincent Caure, désigné par le parti présidentiel pour se porter candidat à sa place dans cette circonscription qui regroupe la Grande-Bretagne, l’Islande, les pays baltes et scandinaves. Ce dernier connaît les arcanes du Quai d’Orsay puisqu’il occupait depuis février 2024 le poste de conseiller spécial auprès du ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné. Avant cette nomination, il avait été  chef de cabinet adjoint auprès d’Emmanuel Macron dont il est un fidèle depuis sa première campagne électorale.
Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR