fbpx
Suivez nous sur

Portrait de la semaine

Mieux vaut être bien accompagné au Brésil

Publié

le

Après 31 ans passés comme directeur de deux filiales, François Cessieux conseille les entreprises françaises.

Le Français a découvert São Paulo en 1980, envoyé par Seb pour auditer en interne une usine de casseroles que le groupe venait de racheter. Il n’est jamais reparti, à part quelques allers-retours avec l’Europe. Aujourd’hui il accompagne et met en garde les sociétés françaises tentées par l’immense marché brésilien : «Le contexte politique et économique est catastrophique, le chômage est très important et le marché s’est effondré. On a perdu 8 % de PIB en deux ans. » Il décrit un pays toujours féodal où on n’arrive pas à créer de règles juridiques pertinentes et respectées. « La Constitution de 1988 est très faible, pas très bien écrite, volontairement ou non. Aujourd’hui, on paie ça.» Attention, prévient-il aussi, à ne pas se fier aux apparences : « Les Paulistas, certes, nous ressemblent mais ils n’ont pas du tout la même éducation ni la même vision que la nôtre. Les Européens sont cartésiens, logiques, alors qu’eux fonctionnent à l’affectif, parfois de manière incohérente à nos yeux. Ils nous reprochent parfois notre arrogance.»

Lui écrire fcessieux@gmail.com

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR