fbpx
Suivez nous sur

Destinations au banc d'essai

Vietnam vs Thaïlande

Ce sont quelque 13 000 Français qui ont choisi de s’installer en Thaïlande et 8000 au Vietnam. La Thaïlande attire depuis plus longtemps les expatriés et leur offre souvent des prestations (santé, logement…) plus en adéquation avec nos standards internationaux. Mais le Pays du Sourire est relativement instable et les Français sont de plus en plus nombreux à être conquis par son voisin vietnamien, en plein boom économique !

Français à l'étranger

Publié

le

Gouvernance

> Vietnam

Le pays est toujours communiste et ici on parle encore de politburo, de parti unique, de commission centrale d’inspection ou encore de secrétaire général. Mais qu’on ne s’y trompe pas : si le Vietnam est dominé politiquement par un État-parti, il s’est néanmoins ouvert à l’économie de marché depuis plus de trente ans !
Au Vietnam, on ouvre un magasin rapidement, on crée une entreprise avec peu de fonds, les impôts sont modérés, mais en revanche il est fortement déconseillé d’aborder des sujets politiques ! La censure est omniprésente, y compris à la télé, Internet est aussi sous surveillance, quoique bien moins qu’en Chine…
Le gouvernement de Nguyen Xuân Phúc garantit la stabilité politique, sa croissance est dynamique, à plus de 6%, et même si sa transition économique n’est pas achevée, le pays est toujours très attractif.

> Thaïlande

Cette monarchie constitutionnelle a vu sa notation auprès du classement du Global Peace Index remonter de 5 places en 2017, passant à la 120e place sur 163 pays. Les inégalités régressent et les résultats économiques sont bons, mais le pays connaît toujours des tensions, en particulier dans le Sud où un conflit séparatiste fait plusieurs centaines de morts chaque année. RamaX, le nouveau roi, est très impopulaire et son couronnement est sans cesse repoussé. La junte militaire au pouvoir depuis 2014 est épinglée par les associations internationales des droits de l’homme pour le non-respect des libertés fondamentales des Thaïlandais. La Thaïlande a été désignée pays « non-libre » sur Internet pour la quatrième année consécutive par la Freedom House, un organisme de surveillance indépendant basé aux États-Unis. Pour autant, le gouvernement militaire obtient de très bons résultats sur le plan économique car il a su rassurer les investisseurs étrangers.

Qualité de vie

> Vietnam

Chaleur, bruit, pollution… Le Vietnam des grandes villes comme Hô-Chi-Minh-Ville est assez fatigant et stressant. Mais pour celles et ceux qui aiment les univers dynamiques, ultra vivants, toujours en mouvement, c’est le paradis ! Le pays s’étire sur plusieurs milliers de kilomètres du nord au sud et offre donc une multitude de paysages et climats différents, les montagnes du nord ayant autant de charme que les plages du sud ou encore la baie d’Halong. La plupart des expatriés francophones vivent à Hô-Chi-Minh-Ville, la capitale économique du pays. Ici, pour les entrepreneurs, tout est possible, ou presque, mais il faut savoir être autonome, ne pas rechigner à passer de longues journées au travail, souscrire à une assurance santé pour faire face aux tarifs élevés des hôpitaux privés qui offrent désormais des soins de qualité, accepter des rémunérations modestes…

> Thaïlande

Le magazine américain U.S. News & World Report positionne la Thaïlande en 27e position en ce qui concerne la qualité de vie, en raison notamment du coût de la vie, très abordable. En revanche, le classement HSBC Expat Survey, qui avait longtemps placé la Thaïlande en tête, ne positionne désormais le pays qu’à la 22e place de son étude mettant en avant des points comme ceux de la facilité d’intégration, de revenu disponible, les soins ou encore la qualité de garde des enfants, mais notant moins bien l’accès à la culture, la progression de carrière ou la sécurité. Au rayon des avantages, on note un climat particulièrement attractif avec des températures qui s’élèvent en moyenne à 28 degrés, une cuisine raffinée qui est l’une des plus réputées de la région, mais aussi son tourisme médical qui attire de nombreux patients, et bien sûr ses plages de sable fin et ses eaux transparentes…

Facilités d’installation

> Vietnam

Pour travailler dans le pays, il faut un visa et un permis de travail. Vous pourrez toutefois être exempté de l’obligation d’obtenir un permis de travail si vous êtes considérés comme expert, manager, technicien ; si vous êtes diplômé d’un diplôme certifiant de trois années d’études post-baccalauréat et que vous avez plus de trois ans d’expérience dans le domaine dans lequel vous exercez. Enfin vous pourrez être exempté si vous faites l’objet d’un transfert interne au sein du groupe de la société qui vous emploie. Attention, le visa ne peut être régularisé sur le territoire, il faut donc bien choisir ou, sinon, ressortir du pays et aller dans une ambassade française (par exemple en Thaïlande) pour refaire un visa. Pour les séjours de plus de trois mois, un permis de résidence est obligatoire, en fournissant la preuve que l’on travaille bien au Vietnam.

> Thaïlande

Pour travailler en Thaïlande, il est indispensable d’obtenir un visa non-immigrant B, puis un permis de travail thaïlandais. Ce visa vous donne le droit de séjourner en Thaïlande pour 90 jours (visa à entrée unique, donc renouvelez-le si vous souhaitez quitter le pays). Le titulaire de ce visa peut prolonger le visa une fois entré en Thaïlande au service immigration. Mais attention, pour qu’on vous le délivre, il vous faudra avoir déjà trouvé un emploi en Thaïlande. Les démarches pour le permis de travail seront effectuées et réglées par votre employeur. Attention, la plupart des entreprises ne peuvent octroyer que dix permis de travail à la fois. De plus, celles qui embauchent des étrangers doivent répondre à certaines obligations, comme par exemple avoir un capital de 2 millions de bahts par employé étranger et lui verser un salaire minimum de 50000 bahts.

Le marché de l’emploi

> Vietnam

Depuis les années 2000, le Vietnam connaît une forte croissance économique, tirée par le commerce international et les investissements étrangers. Le pays a connu une croissance de 6,8% en 2017, un taux qui devrait se maintenir en 2018. Vous aurez toutes vos chances de trouver un emploi si vous avez une première expérience dans les secteurs du marketing et des études de marché, de la vente, du tourisme et de l’hôtellerie, des finances et de la haute technologie. Mais attention, le pays forme de plus en plus de personnels hautement qualifiés, voire surqualifiés, la concurrence est donc de plus en plus rude. En outre, l’emploi de personnels étrangers n’est justifié que pour des postes nécessitant des compétences techniques ou de gestion non disponibles localement.
La Chambre européenne de commerce peut vous aider à trouver un emploi, tout comme certains sites comme :

> Thaïlande

En raison de l’instabilité politique, le pays connaît une croissance modérée, à 3,7% en 2017. Certains emplois sont interdits aux étrangers, mais il s’agit souvent de postes demandant peu de qualifications (conducteur de taxi par exemple). L’Alien Employment Act établit une liste d’une quarantaine d’activités interdites aux étrangers. Le pays recherche en permanence des profils qualifiés, et les secteurs de la gastronomie et de l’enseignement (le plus souvent de langue anglaise) recrutent beaucoup d’étrangers. Vous aurez des chances d’être embauchés si vous êtes diplômé, expérimenté, si vous maîtrisez plusieurs langues, si vous exercez une profession d’encadrement. Mais sachez que la concurrence avec les Occidentaux est rude !
Des sites pour vous aider à trouver un emploi :

Les bons plans emploi

> Vietnam

De nouveaux créneaux s’ouvrent. Pour faire face à la pollution, le gouvernement cherche à attirer les entreprises qui traitent les déchets, l’eau, la pollution de l’air, il y a donc de vraies possibilités pour les personnes formées dans ces secteurs. Par ailleurs, tout le monde cherche à apprendre l’anglais, la langue incontournable pour obtenir des postes à responsabilité. Du coup, les grandes villes manquent de professeurs dans cette langue. Les enseignants anglophones sont plus recherchés, mais le manque étant tellement important, les Européens même non anglophones sont eux aussi recrutés.

> Thaïlande

Les profils commerciaux, expérimentés à l’international et polyglottes, sont les plus recherchés. Les ingénieurs français, aux formations réputées, sont eux aussi recrutés assez facilement. Le secteur de l’industrie en Thaïlande représente environ 50% des recrutements de Français. Viennent ensuite les secteurs du médical, mais également de la cosmétique.

Environnement des affaires

> Vietnam

Le pays est la 3e nation asiatique la plus attractive pour l’investissement et continue de progresser au classement Doing Business de la Banque mondiale pour occuper désormais la 68e place sur 190, en étant particulièrement bien positionné pour ce qui concerne l’obtention des prêts ou des permis de construire. Pour obtenir un visa d’affaires valable de trois à six mois maximum, il faut être en possession d’une invitation de la part des autorités de tutelle vietnamiennes selon le secteur d’activité de l’entreprise. L’interlocuteur vietnamien se procurera un numéro d’autorisation auprès de la Direction générale de l’Immigration et le portera à la connaissance du demandeur de visa en France. Pour les entrepreneurs, le Vietnam est intéressant puisqu’il offre des coûts de production inférieurs à la Chine, et dispose d’employés qualifiés en particulier dans les domaines de l’informatique et de l’électronique. L’immobilier et le tourisme sont des secteurs traditionnels d’investissements français. Hô-Chi-MinhVille mis en place des dispositifs pour aider les investisseurs étrangers, leur permettant de réduire les délais et les formalités administratives, en particulier dans les zones franches.

> Thaïlande

La Thaïlande est la deuxième économie d’Asie du Sud-Est après l’Indonésie et elle occupe la 26e place du classement Doing Business de la Banque mondiale 2018. Si le pays est demandeur d’investissements étrangers, il met toutefois des limites à l’exercice en interdisant par exemple à un étranger d’être actionnaire majoritaire pour certaines entreprises de biens et de services. Passer par l’intermédiaire d’un avocat est fortement recommandé, surtout si vous cherchez des associés. Bangkok est le poumon économique du pays, c’est donc là que vous pourrez le plus facilement investir. Le Board Investment thaïlandais  aide les entreprises étrangères qui veulent s’implanter en Thaïlande. Le gouvernement propose une gamme d’incitations fiscales, des services de soutien et des exonérations de droits d’importation (par exemple une exemption de l’impôt sur les sociétés pour un maximum de huit ans, exemption de règles limitant les transferts de fonds à l’étranger…). Ils soutiennent des industries à fort potentiel, comme les unités de disques durs, les voitures vertes, le fret, le divertissement, les industries de l’acier et de la santé.

Les + Étudiants

> Vietnam

Le pays devient une destination de plus en plus recherchée par les étudiants du monde entier. Les liens entre la France et le Vietnam expliquent pourquoi il y a beaucoup d’étudiants francophones dans les universités du pays. Mais pour suivre, il faut maîtriser la langue et l’écriture du pays. Un nombre croissant d’universités étrangères dans le pays nouent de nombreux partenariats avec des établissements locaux. Selon l’agence publique vietnamienne pour l’enseignement supérieur à l’étranger, le nombre d’accords de coopération universitaire a été multiplié par 10 depuis 2001.
Le coût des études dans les universités publiques est à peu près identique à celui de la France, en revanche, dans les établissements supérieurs privés, il faut compter de 30000 à 40000$/an.

> Thaïlande

Pour étudier en Thaïlande, il faut un visa non-immigrant ED et passer un examen, le CUAS. La Thaïlande attire quelques milliers d’étudiants étrangers et ses universités s’étoffent chaque année davantage de programmes internationaux et cursus en anglais. Quelques facultés sont parmi les plus réputées d’Asie du Sud-Est, comme les universités Kasetsart, Mahidol ou Chulalongkorn à Bangkok, l’université Prince de Songkla, l’université de Chiang Mai, et l’université de Thamassat. La qualité des études est honnête mais la valorisation des diplômes peu évidente. Il est intéressant de poursuivre ses études au Pays du Sourire à la condition de vouloir ensuite s’y installer, ou en Asie du Sud-Est, d’autant que les études supérieures sont payantes. Des bourses d’études peuvent être proposées par ces universités pour les doctorants.

Accès au logement

> Vietnam

Il est assez simple de se loger. Les prix sont très variables selon le niveau de confort désiré. On trouve à des prix très bas des chambres chez l’habitant, des appartements meublés avec des services compris, des condominiums avec piscine et salle de sport, des villas… Pour 300€/mois vous aurez accès à un 2-pièces meublé dans une zone où vivent des expatriés à Saigon, et pour 1500€ une agréable maison. Attention toutefois à l’électricité qui est assez chère, elle sera ajoutée à votre loyer et la facture peut vite s’envoler si vous utilisez la climatisation.
Quelques sites pour trouver un logement :

Sans oublier Airbnb qui propose aussi des meublés à la semaine ou au mois.

> Thaïlande

Vous trouverez facilement à vous loger en Thaïlande, dans des logements qui correspondent aux standards internationaux et à des prix abordables. Il est fréquent de négocier le prix du loyer dans lequel vous pourrez inclure l’électricité, Internet… Les prix varient de 300€/mois pour un 2-pièces en province dans un condominium, à 2000€ pour un 4-pièces à Bangkok dans un quartier résidentiel. Attention, l’achat d’un appartement ou d’un condominium est autorisé aux étrangers, à condition que les Thaïlandais soient propriétaires à plus de 51% de la surface totale habitable. Les étrangers ne peuvent pas être propriétaires d’un terrain. Les agences immobilières francophones ne sont pas rares.
Quelques sites pour trouver un logement :

Accès à la santé

> Vietnam

Il n’existe pas de convention de sécurité sociale avec le Vietnam, il faut donc veiller, avant de partir, à souscrire à une assurance. Si les hôpitaux publics sont depuis quelques années de meilleure qualité, il faut aller dans le privé pour trouver des établissements de soin qui répondent aux standards internationaux. Une assurance privée permettra de prendre en charge les frais assez onéreux de ces derniers.

> Thaïlande

Il n’existe pas de convention de sécurité sociale avec la Thaïlande. Mieux vaut disposer d’une assurance privée de santé car si les soins sont de bonne qualité, ils coûtent chers (1000€ la nuit dans un hôpital international à Bangkok), y compris dans les établissements publics. Sans assurance, vous devrez effectuer un dépôt de garantie par virement avant d’être pris en charge. Si vous travaillez en Thaïlande, vous bénéficierez du régime de sécurité sociale thaïlandais qui couvre seulement le risque maladie.

Fiscalité

> Vietnam

La France et le Vietnam sont liés par une convention de non-double imposition. Le taux d’imposition va de 5% des revenus (moins de 60 millions de dôngs) à 35% pour la tranche la plus haute (plus de 960 millions de dôngs, environ 35000€). Les non-résidents sont imposés à un taux fixe de 20% pour les revenus liés à l’emploi et provenant du Vietnam. Les sociétés au Vietnam sont soumises à l’impôt sur les sociétés à un taux fixe de 20 % du revenu net de la société.

> Thaïlande

Tout contribuable à l’obligation de s’inscrire auprès des autorités fiscales, pour obtenir un numéro d’identification. Il existe plusieurs tranches d’imposition, la plus élevée étant de 35% pour un salaire dépassant les 4 millions de bahts/an. Si vous percevez des revenus français, pour bénéficier de l’application du taux moyen d’imposition (et non du taux minimal de 20%) sur l’ensemble de leurs revenus de source française, les non-résidents Français en Thaïlande doivent fournir une attestation de non-imposition du pays d’accueil, la Thaïlande.

Passer sa retraite

> Vietnam

Le bas coût de la vie fait de cette destination un lieu attractif, en particulier pour les retraités peu fortunés. Cependant, il n’existe pas de visa spécifiquement conçu pour les retraités étrangers. Il vous sera donc difficile d’obtenir une carte de résident. Vous pouvez bien sûr ressortir régulièrement du territoire mais ce n’est pas très confortable ! Rien n’est prévu au Vietnam pour les retraités n’ayant aucun lien familial avec un ressortissant vietnamien.

> Thaïlande

Le nombre de retraités français en Thaïlande croît chaque année. Le Visa OA, destiné aux personnes retraitées et âgées de plus de 50 ans, donne le droit de rester en Thaïlande pour un an avec de multiples entrées. À partir de la deuxième demande, un dépôt bancaire de 800000 bahts dans une banque en Thaïlande est obligatoire. Le « Non-Immigrant O-X » est valable dix ans. Il suffit d’être âgé de plus de 50 ans, déposer au moins 3 millions de bahts sur un compte thaïlandais (ou 1,8 million et justifier d’un revenu annuel de 1,2 million bahts).

Pour aller plus loin

Consultez nos fiches pays Vietnam et Thaïlande et découvrez plus en détail les solutions qui vous correspondent pour préparer au mieux votre expatriation.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE