Suivez nous sur

Vietnam

Français à l'étranger

Publié

le

Entré à l’OMC en 2007, le Vietnam a engagé des accords de libre-échange avec plusieurs pays de l’Asean et les Etats-Unis, ainsi qu’un engagement de coopération avec l’UE. Autant de débouchés pour un pays vendeur de pétrole brut, de textile, de chaussures et de riz, dont il est le troisième exportateur mondial. Si la politique du « renouveau », menée à partir du début des années 1990, ainsi que son accession aux organisations pour le développement du commerce ont permis au Vietnam d’accéder au statut de pays à revenus intermédiaires, multipliant le PIB par habitant par trois, la détérioration de la conjoncture internationale a rendu l’accès au marché économique vietnamien plus difficile.

Quelques domaines restent attractifs pour les demandeurs d’emplois : le marketing et le commerce, le tourisme, la restauration, l’hôtellerie, la finance, les hautes technologies, l’administration et l’éducation. Mais le Vietnam dispose surtout d’un fort potentiel d’investissement.

Le Vietnam est un Etat à parti unique, dirigé par le Parti communiste vietnamien (PCV). Présent à tous les niveaux de la collectivité nationale ainsi qu’au sein de l’administration, des écoles, des entreprises, des organisations socio-professionnelles, de l’armée et de la police. Les élections législatives organisées le 22 mai 2016 ont affirmé une nouvelle fois la prédominance du parti communiste vietnamien.

Si cent soixante-deux personnes ont tenté de se présenter comme candidats indépendants lors de ces élections, seuls onze d’entre eux ont été autorisés à se présenter. Bien que le gouvernement ait entrepris un vaste programme de réforme législative, son bilan en matière de droit humain reste fragile.

Pour faire face à la crise financière mondiale, des réformes dans des secteurs clés ont été entreprises et la privatisation partielle des entreprises publiques a commencé. Le climat des affaires s’est nettement amélioré ces quinze dernières années, grâce à 39 réformes, qui ont permis d’encourager la production et les exportations, d’accélérer et de faciliter les créations d’entreprises, mais aussi d’introduire de nouvelles politiques monétaires et fiscales.

L’économie vietnamienne se caractérise aujourd’hui par sa dépendance à certains secteurs, tel que le secteur manufacturier (essentiellement l’habillement et l’électronique). Enfin grâce à l’élargissement de la classe moyenne la consommation est un des nouveaux moteurs de l’économie.

Les points forts du pays sont sa main-d’œuvre abondante, de qualité et compétitive ; ainsi que ses ressources naturelles et son solide potentiel agricole.

L'essentiel

Capitale

Hanoi

Population

94 348 835

Superficie

331 041 km²

Langues

vietnamien

Monnaie

dông

Croissance du PIB

6,8 % (est 2018 – DG Trésor)

Chômage

2,2 % (2017)

Français

environ 7 800

Indicatif téléphonique

+84

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccifv.org

Ambassade de France : www.ambafrance-vn.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Pour travailler au Vietnam, il faut un permis de séjour et un visa de travail.

Trois types de contrats de travail existent : le CDI, le CDD (conclu pour une durée allant de 12 à 36 mois) et le contrat de travail saisonnier ou conclu pour l’exécution d’une tâche précise dont la durée ne dépasse pas un an.

Vous pourrez toutefois être exempté de l’obligation d’obtenir un permis de travail si vous êtes considérés comme « expert, manager, technicien » ; si vous êtes diplômé d’un diplôme certifiant de trois années d’études post-baccalauréat et que vous avez plus de trois ans d’expérience dans le domaine dans lequel vous exercez. Enfin vous pourrez être exempté si vous faites l’objet d’un transfert interne au sein du groupe de la société qui vous emploie.

La durée de travail ne doit pas excéder huit heures par jour et 48 heures hebdomadaires. Les heures supplémentaires ne peuvent être supérieures à quatre heures par jour et 200 heures par an.

Le salaire mensuel minimum est de 155 dollars dans la plupart des régions du Vietnam. Toutefois les travailleurs plus qualifiés, exerçant leur profession dans une grande ville ont un salaire moyen allant de 1500 $ à plus de 10 000 $.

› Trouver un emploi

A moins d’appartenir à l’une des catégories de travailleurs exemptés de permis de travail et cela même pour les travailleurs qualifiés, il peut être compliqué de trouver un emploi au Vietnam. En effet, la cohorte des travailleurs vietnamiens hautement qualifiés croît à un rythme bien plus rapide que la capacité des employeurs à les absorber.

Vous pourrez toutefois trouvez des offres d’emploi :

– Auprès de la chambre de commerce et d’industrie franco-vietnamienne qui dispose d’un service emploi information et publie des offres d’emplois sur son site internet : www.ccifv.org

– Sur les sites d’emplois s’adressant aux expatriés tel que : www.vietnamworks.com

Et enfin sur les réseaux sociaux.

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Les secteurs considérés comme à fort potentiel sont ceux du marketing et des études de marché, de la vente, du tourisme et de l’hôtellerie, des finances et enfin de la haute technologie. Vos chances d’être recruté sont plus grandes si vous connaissez la langue vietnamienne.

Si tel n’est pas le cas, privilégiez les entreprises françaises, essentiellement présentes dans les secteurs de la santé (produits pharmaceutiques), de l’agroalimentaire, des infrastructures (matériel de transport), de la distribution et des services.

› Créer son entreprise

Le pays est la 3e nation asiatique la plus attractive pour l’investissement.

La loi commune sur les investissements (LCI) et la loi unifiée sur les entreprises (LUE), entrées en vigueur le 1er juillet 2006, ont mis fin au régime discriminatoire qui prévalait par le passé et qui prévoyait des législations différentes selon que les entreprises étaient vietnamiennes ou étrangères. Désormais, une entreprise peut être à 100 % à capitaux étrangers (sauf pour les secteurs du transport, de la culture, de la finance où seule la joint-venture est autorisée).

Par ailleurs le rapport Doeing Business 2018 du Groupe de la Banque Mondiale souligne que le Vietnam est le pays d’Asie du Sud Est le plus réformateur ces 15 dernières années, qu’il ne faut que 22 jours et 6,5 % du revenu par habitant pour immatriculer une nouvelle entreprise à Hô Chi Minh-Ville, capitale économique du pays.

Si vous voulez créer votre entreprise, il existe 4 types de sociétés :

  • La société par actions (SA) qui nécessite au minimum trois associés, responsables à hauteur de leurs apports ;
  • La société pluripersonnelle à responsabilité limitée (SARL), fondée par un minimum de deux associés (maximum 50), elle ne peut émettre ni actions ni obligations ;
  • La société unipersonnelle à responsabilité limitée (SURL), elle, n’accepte qu’un seul actionnaire. On distingue deux formes de SURL, celle tenue par une personne physique et celle tenue par une personne morale.
  • Et enfin le « partnership » qui distingue les associés en nom collectif et les bailleurs de fonds.

La constitution d’une société se fait par l’établissement d’un dossier auprès du bureau d’immatriculation du comité populaire provincial dans le ressort duquel est situé le siège social de la société.

La ville d’Ho Chi Minh a mis en place des dispositifs pour aider les investisseurs étrangers, leur permettant de réduire les délais et les formalités administratives, en particulier dans les zones franches.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Il n’existe que deux établissements scolaires en gestion directe par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger au Vietnam : à Hanoi (Lycée français Alexandre-Yersin) et Hô Chi Minh (Lycée français international Marguerite-Duras).

Au Vietnam, l’école primaire est obligatoire et gratuite. L’éducation y est une priorité nationale. Depuis 2008, le gouvernement alloue 20 % de son budget au secteur de l’éducation. L’engagement du gouvernement ainsi que le soutien social et culturel à l’éducation ont conduit à d’importants progrès ces dernières années. Depuis 2013 100 % des enfants sont scolarisés dans le primaire.

Le cycle scolaire est similaire à celui de la France : 5 ans pour le primaire, 4 ans pour le secondaire du premier degré et 3 ans pour le secondaire du second degré conduisant au baccalauréat.

L’année scolaire se déroule entre septembre et juin.

› S’inscrire à la fac

Le pays dispose de nombreuses institutions d’enseignement supérieur, ainsi que d’universités publiques et privées. Les universités nationales sont celles de Hanoï et d’Ho Chi Minh Ville tandis que les universités régionales sont l’Université Thai Nguyen, l’Université Hue et l’Université Da Nang.

Celles-ci offrent une grande variété de programmes spécialisés, notamment dans la science, les technologies de l’information et de la communication, les finances, la comptabilité, sans oublier les études internationales et l’ingénierie. La majorité des programmes sont dispensés en anglais. Mais vous trouverez également certaines institutions qui dispensent des programmes d’études en français ou encore en allemand.

L’année d’études est divisée en deux semestres, de début septembre à janvier et de mi-février à juin, comprenant une période de vacances.

Dans les universités publiques vous devrez débourser entre 1000 $ et 2500 $ par année d’études. Les universités et écoles privées sont quant à elles plus couteuses : entre 30 000 à 40 000 $ par an.

Pour suivre vos études supérieures au Vietnam, il vous faudra posséder le visa DH, qui vous permet d’étudier dans le pays durant un an.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Le consulat général de France à Ho Chi Minh, au Vietnam, accueille chaque année des stagiaires français sélectionnés par le ministère des Affaires Étrangères français. Ce service pourrait également vous aider à trouver un stage dans une entreprise locale ou étrangère basée au Vietnam. Enfin il est conseillé de s’adresser à la CCI France Vietnam. De nombreuses entreprises françaises implantées dans le pays recherchent régulièrement des stagiaires.

Les secteurs à privilégier sont ceux de l’ingénierie, du commerce international, du tourisme, de l’hôtellerie-restauration, du marketing et des hautes technologies.

Une fois votre stage trouvé, il vous faudra remplir les formalités administratives : pour effectuer un stage il vous faudra un visa professionnel. Valable pour une durée de 6 mois, c’est l’entreprise dans laquelle vous effectuerez votre stage qui se chargera de faire la demande de visa. Il faudra pour cela lui faire parvenir vos informations personnelles. Une fois l’autorisation obtenue, c’est auprès de l’ambassade du Vietnam de votre pays de résidence qu’il faudra vous rendre afin de remplir un dossier de demande (nécessitant votre passeport, deux formulaires dûment remplis et signés, une photo d’identité et une copie de votre autorisation).

Enfin sachez qu’en tant que stagiaire vous pourrez espérer une rémunération allant de 250 $ à 500 $ par mois.

› V.I.E.

Le volontariat international (VI) en entreprise (VIE) et administration (VIA) est une mission professionnelle à l’étranger, de 6 à 24 mois, bénéficiant d’un statut public protecteur. La mission VIE/VIA est aujourd’hui destinée aux jeunes diplômés, hommes et femmes, de 18 à 28 ans. Tous les métiers sont concernés.

Les missions de volontariat se déroulent :

  • En entreprise,
  • Au sein de structures françaises relevant du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) et de Bercy,
  • Au sein de structures publiques locales étrangères,
  • Auprès d’organisations internationales et d’associations agréées.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire au Vietnam, ainsi que le barème des indemnités, www.civiweb.com

Pour réaliser votre V.I.E./V.I.A. au Vietnam, rendez-vous sur le site du CIVI : www.civiweb.com

 Coût de la vie

› Logement

Il est très facile de trouver un logement au Vietnam. Le coût d’un appartement varie en fonction du niveau de confort de l’appartement. Vous pourrez louer des appartements à long ou à court terme, généralement meublés, entre 250 et 500 euros pour un 2-pièces d’environ 50 m2. Pour les appartements plus spacieux, comptez entre 500 et 1.200euros dans le centre des grandes villes. Les prix sont généralement en USD.

Dans les villes principales (Hanoï, Hô Chi Minh, Ha Long, Hué, Da Nang) vous aurez le choix entre plusieurs sortes de logement :

  • Des appartements généralement meublés dans une maison vietnamienne
  • Des chambres à louer ; ou des maisons partagées entre plusieurs colocataires.
  • Des « service appartement », appartement généralement meublé ou, où un service de ménage et de blanchisserie sont inclus dans le prix de votre loyer.
  • Des appartements dans un condominium : de plus en plus nombreux dans les grandes villes, ce sont des résidences comprenant souvent une piscine, une salle de sport, des jardins et espaces communs. Elles abritent des appartements presque toujours meublés.
  • Des villas ou maisons : c’est le type d’hébergement le plus coûteux. Vous pouvez les louer meublées ou non.

Les baux sont généralement d’un à cinq ans. Toutefois, il est possible de souscrire un bail pour un terme plus court (allant de 1 à plusieurs mois).

Pour trouver votre logement vous pourrez vous rentre dans les agences immobilières ou chasser les offres postées sur les réseaux sociaux.

› Transports

Près de 1650 km séparent le Nord et le Sud du Vietnam. L’avion est naturellement le moyen de transport le plus rapide. Le pays dispose d’un bon réseau domestique : de nouvelles liaisons ouvrent régulièrement et les prix sont raisonnables. Le pays a également un réseau ferroviaire, s’il est vieillissant, il reste un moyen de transport fiable. Attention toutefois, les trajets peuvent êtres longs (comptez, en principe, 35 heures pour rejoindre Hanoï depuis Saigon).

Le réseau de bus est très dense, il permet d’atteindre les quatre coins du pays. Des bus modernes sillonnent les grandes routes nationales. Dans des zones plus reculées, les conditions seront plus rudimentaires. Quelle que soit la catégorie de bus, ne vous attendez pas à dépasser les 50 km/h. Les grandes villes disposent également de nombreux bus pour les courtes distances.

Les lignes maritimes sont essentiellement utilisées pour réaliser des croisières et le transport de marchandises.

 Santé

Il n’existe pas de convention de sécurité sociale avec le Vietnam. Votre couverture garantie par la Sécurité Sociale française ne dure que 90 jours et il est nécessaire de souscrire à une couverture sociale.

Les établissements de soins ne répondent pas aux normes internationales et sont souvent surchargés, il est donc recommandé d’aller dans les hôpitaux et cliniques privés. Les tarifs qui y sont pratiqués étant élevés, il est conseillé de souscrire à une assurance privée, ou de cotiser à la CFE. Notez toutefois que la CFE couvre seulement les frais à hauteur de ce qui est remboursé en France.

Il existe des hôpitaux publics où l’attente est souvent longue avant la prise en charge des malades et les soins d’urgence assurés mais d’une moindre qualité que dans les hôpitaux conventionnés avec des caisses d’assurance pour les salariés ou les hôpitaux privés pris en charge par des assurances privées.

Pour les médicaments, n’achetez que ceux vendus en pharmacie. Il est possible d’en trouver importés d’Europe, mais ceux-là sont plus onéreux. Il est recommandé de souscrire une assurance privée en raison du coût assez élevé des soins de qualité (hôpitaux et médecins privés).

 Fiscalité

La France et le Vietnam sont liés par une convention de non double imposition. Tout résident français ayant obtenu le statut de résident fiscal vietnamien (justifiant d’une résidence légale au Vietnam, pendant une durée égale ou supérieure à 183 jours dans les 12 mois précédents son entrée) sera imposable au Vietnam. L’impôt sur le revenu est retenu à la source par l’employeur. Le taux d’imposition va de 5 % (moins de 60 millions de dôngs) à 35 % pour la tranche la plus haute (plus de 960 millions de dôngs).

 Retraite

Le Vietnam, une destination de rêve ? Douceur de vivre, climat chaud, plages, coût de la vie assez bas, fiscalité attractive… autant d’atouts qui séduisent nombre de retraités français et cela malgré le manque d’infrastructures et la difficulté de s’installer pour une période longue : il n’existe pas de visa Retraite et il vous sera donc difficile d’obtenir une carte de résident. Si toutefois vous y parvenez gardez à l’esprit que la couverture maladie française ne vous couvrira que pendant les trois premiers mois et qu’il est vivement conseillé de prendre une assurance privée ou d’adhérer auprès de la CFE.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE