fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Coronavirus : quels sont les foyers épidémiques dans le monde

Tous les jeudis, le Journal des Français à l’étranger, en partenariat avec la Caisse des Français de l’Etranger, fait un point sur la pandémie de coronavirus à travers le monde

Publié

le

Coronavirus : quels sont les foyers épidémiques dans le monde

Le coronavirus aujourd’hui dans le monde :

Environ 334 millions de personnes contaminées

Plus de 5,55 millions de décès

Afrique

En Afrique, la “vague Omicron“ poursuit son repli depuis plusieurs semaines. Cette dernière flambée d’infections aura été la plus courte de l’histoire de la pandémie sur le continent africain, malgré un taux de vaccination qui demeure plutôt faible. Environ 10% de la population africaine a été entièrement vaccinée et la question n’est plus la disponibilité des vaccins, mais la capacité de certains pays à pouvoir déployer des campagnes de vaccination sur l’ensemble de leur territoire. Repéré dans 39 des 54 pays d’Afrique, le variant du coronavirus “Omicron“ est certainement beaucoup plus présent que ne le suggèrent ces données transmises officiellement.

En Afrique du Sud les contaminations ont diminué aussi vite qu’elles avaient augmenté, sans que les hôpitaux ne soient saturés comme lors des précédentes vagues. Les données toujours plus rassurantes fournies par les autorités de santé laissent planer dans le pays une ambiance de « fin de pandémie ». La courbe épidémique est en baisse également au Botswana, où les doses de rappel du vaccin anti Covid sont distribuées depuis lundi dernier. Le taux d’incidence décroit en Namibie, en Angola, en Zambie et au Zimbabwe. Au Zimbabwe, la vague Omicron a poussé le gouvernement a instaurer des mesures strictes et a reporter de trois semaines la réouverture des écoles prévue le 10 janvier. Les chiffres liés à la pandémie diminuent également au Mozambique.

Face au Mozambique dans l’Océan Indien, Madagascar a connu ces dernières semaines une importante recrudescence de cas de  Covid-19, qui commence à refluer. La rentrée scolaire a été maintenue au 17 janvier et la distribution d’une 3ème dose de vaccin est disponible pour les personnes concernées. À Madagascar, la vaccination anti Covid-19 n’est pas obligatoire et pourtant, certaines entreprises contraignent leurs salariés à se faire vacciner et certains lieux publics ne sont plus accessibles aux personnes non vaccinées. Sur l’île de la Réunion, le virus circule activement et un couvre-feu est en vigueur. D’autres restrictions plus sévères vont sans doute être à nouveau imposées. À Maurice aussi, le nombre de contaminations repart à la hausse.

Au Kenya, où le nombre de cas est en baisse, une preuve de vaccination contre le Covid-19 est indispensable pour utiliser les transports publics et accéder aux bâtiments officiels. Le Kenya prévoit de vacciner complètement 70% de sa population adulte d’ici la fin du mois de juin et l’ensemble de cette même population d’ici la fin de l’année. Au Rwanda, où la courbe épidémique est dans une phase descendante, des bruits courent que les autorités du pays utilisent la force et la violence pour vacciner la population, surtout dans les zones rurales. De nombreuses personnes auraient été arrêtées et brutalisées car elles refusaient l’injection, au point de pousser certains habitants à fuir vers les pays voisins. Au Rwanda, la vaccination contre le Covid-19 est obligatoire pour utiliser les transports en commun,  aller dans les bars et restaurants ou encore lors de rassemblements divers. En République démocratique du Congo (RDC), le pic d’infections a été atteint et les chiffres de l’épidémie sont en baisse. En RDC, le variant Omicron est devenu le variant dominant.

Les taux d’incidence sont annoncé à la baisse en Ethiopie, en Somalie et au Soudan du Sud. Par contre, au Soudan du Nord, en Egypte et au Tchad, les courbes de contaminations s’affolent et grimpent, mais le nombre de décès reste bas et stable.  Une hausse des cas est également signalée au Niger, mais la situation épidémique est déclarée « sous contrôle” par les autorités. Bien que la reprise de l’épidémie puisse paraître importante, jusqu’à aujourd’hui, le Niger a été plutôt épargné par le virus. Moins de 300 morts du coronavirus ont été déclarés au Niger depuis le début de la pandémie. Dans le Nigéria voisin, le nombre moyen de nouveaux cas recensés chaque jour est en baisse.

D’après les chiffres transmis, la situation sanitaire se stabilise au Togo, au Ghana au Burkina Faso et au Mali. Les courbes épidémiques chuttent en Guinée et en Côte d’Ivoire. En Côte d’Ivoire, les autorités de santé appellent les populations à se faire vacciner et à ne pas craindre le vaccin à cause des rumeurs. Il est conseillé aux personnes vaccinées de se rendre dans les centres de santé pour être suivies, si elles constatent des effets liés aux vaccins anti Covid-19. Au Sénégal, le nombre de contaminations était très en hausse la semaine dernière mais commence à décroitre, comme dans la plupart des pays d’Afrique, le taux de létalité est resté stable malgré la montée en flèche des nouvelles infections. L’autorisation pour une 3ème dose et la vaccination des enfants de plus de 12 ans ont été approuvés par le gouvernement sénégalais.

Omicron est également présent en Algérie, où un rebond de l’épidémie se confirme. À Alger, les hôpitaux se remplissent plus vite depuis cette semaine, et les écoles sont montrées du doigt comme foyer principal de la plupart des nouvelles infections… Il semble que le variant Delta soit toujours dominant en Algérie, mais Omicron, plus contagieux mais induisant beaucoup moins de formes graves de la maladie, gagne rapidement du terrain. Le 15 janvier dernier, les mesures de prévention et de protection concernant la pandémie ont été prolongées de 10 jours supplémentaires. Au Maroc, la 3ème vague que connaît le pays semble s’approcher du pic de contaminations, et Omicron représente désormais 95% des cas dans le royaume. Les autorités marocaines s’apprêtent à annoncer une nouvelle très attendue : la réouverture des frontières, fermées depuis bientôt deux mois. En Tunisie,  le virus circule très activement. Depuis le 12 janvier, une interdiction de tout rassemblement dans les lieux publics et privés, fermés ou ouverts est en vigueur pour 2 semaines, ainsi qu’un couvre-feu nocturne, de 22h à 5h. Certaines voix s’élèvent, accusant le gouvernement tunisien d’utiliser les mesures restrictives justifiées par la pandémie pour museler la population. (Cf. Un communiqué de presse publié par Amnesty International le 14/01/2022).

  • Le Centre africain pour le Contrôle et la Prévention des Maladies met régulièrement à jour les informations disponibles concernant la pandémie de coronavirus en Afrique,
  • et les publications du site  “Our World in Data“, dirigées par l’Université d’Oxford et rédigées par Max Roser (historien social et économiste du développement) fournissent des indications sur le taux de vaccination par continent, puis par pays.

Amériques

Au Canada, le taux d’incidence amorce une légère décrue. Le ministère de la Santé canadien a annoncé le 17 janvier l’autorisation d’utilisation du traitement viral anti-Covid de Pfizer, le Paxlovid. Ce médicament antiviral pourra être administré aux adultes atteints d’une forme légère ou modérée de Covid-19, présentant un risque élevé d’évolution vers une maladie grave. Evidemment il est précisé que la possibilité d’avoir accès à ce traitement ne pouvait, en aucun cas, remplacer la vaccination. Au Québec,  le couvre-feu instauré le 31 décembre a été levé le 17 janvier, et les élèves de la province ont fait leur retour à l’école. Par ailleurs, les restaurants, les bars, les salles de spectacles, de sport et autres lieux publics restent pour l’instant fermés et de lourdes restrictions (ou punitions…) sont imposées aux personnes non vaccinées. Les mesures en vigueur, qui diffèrent selon les provinces, sont détaillées sur le site du gouvernement Canadien

Les États-Unis restent, de loin, le pays ayant enregistré le plus grand nombre de nouvelles contaminations cette semaine. Le 13 janvier dernier, la Cour suprême américaine a bloqué l’application d’une mesure venant de la Maison Blanche et obligeant les employés des grandes entreprises (plus de 100 employés) à être vaccinés contre le Covid-19 ou à effectuer des tests réguliers. Les juges ont déclaré que la mesure était trop contraignante et inappropriée.   Plus d’informations précises, par États, sur le Covid-19 aux USA, sur le site “Johns Hopkins, University &Medecine“ 

Au Mexique ainsi que dans presque tous les pays d’Amérique centrale : Belize, Costa Rica, Panama, etc. les courbes des nouvelles contaminations montent en flèche (sauf au Nicaragua, mais les données transmises sont largement contestées). Même chose dans la plupart des îles des Caraïbes. Mais, Omicron étant souvent le variant principal dans cette recrudescence des cas, les courbes des décès augmentent peu.

Omicron déferle aussi sur l’Amérique du Sud. Au Brésil, en Argentine, au Pérou, les taux d’incidence augmentent très rapidement. Le nombre de décès est aussi légèrement en hausse, mais son importance est sans comparaison avec celui des nouvelles contaminations.  Le CNRS en Amérique du sud a classé des informations détaillées sur la situation liée au Coronavirus dans cette région du monde.

Asie

En Chine, à quelques semaines des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin (prévus du 4 au 20 février), le variant Omicron a été signalé dans plusieurs provinces, ce qui a entrainé des changements dans le déroulement des JO. Le 17 janvier, le Comité olympique de Pékin 2022 a annoncé qu’il n’y aurait finalement pas de vente de billets et que seuls les spectateurs chinois préalablement invités pourraient assister aux Jeux. En Inde, Omicron circule évidemment très activement, surtout dans les grandes villes. Cette nouvelle vague de l’épidémie de Covid-19 vient perturber d’importantes élections législatives qui doivent avoir lieu dans certains États à partir du 10 février et où les rassemblements politiques ont dû être interdits jusqu’au 22 janvier. Au Népal, les infections quotidiennes atteignent un niveau record. Les autorités ont prolongé jusqu’au 12 février, l’interdiction déjà en vigueur, des grands rassemblements publics dans la vallée de Katmandou, qui abrite plus de quatre millions de personnes. Lors de la vague épidémique liée au variant Delta, le pays a cruellement manqué de lits, mais surtout d’oxygène. Les autorités restent vigilantes, plus de 40% des népalais sont entièrement vaccinés. Au Bangladesh, où les cas de Covid augmentent de manière alarmante, le ministre de la Santé a laissé entendre que si les restrictions n’étaient pas mieux respectées, un confinement serait à nouveau instauré; ce qui serait catastrophique pour l’économie du pays. Le Myanmar (Birmanie) signale une baisse des cas de Covid, mais le pays traverse tant de difficultés de toutes sortes (guerre civile, famine, etc.) qu’il est difficile d’avoir des informations fiables. Au Laos, la situation sanitaire paraît se stabiliser, mais la saison festive approche, et le ministère de la Santé du pays recommande de réduire la taille des festivals et de n’effectuer que des rites traditionnels afin de limiter les rassemblements trop importants et tenter d’éviter les risques de contamination au Covid-19. Par ailleurs, le Laos va accélérer la production de son médicament antiviral molnupiravir (le Molacovir) qui servira de traitement aux patients atteint du Covid-19 et présentant des symptômes légers. En Thaïlande, si le nombre de cas est en hausse, la courbe des décès reste stable et faible. Les autorités thaïlandaises estiment qu’il n’y aura pas besoin d’imposer de nouvelles mesures sanitaires, ce qui semble indiquer une possible sortie de crise. Par ailleurs, le 20 janvier, aura lieu une réunion qui aboutira peut-être la reprise de la délivrance du Thailand Pass pour le programme ‘Test & Go’, qui permet aux voyageurs vaccinés provenant des pays éligibles de ne subir qu’une nuit de quarantaine en attendant le résultat du test PCR effectué lors de l’arrivée en Thaïlande. (La France faisait partie des pays éligibles au moment de la suspension de ce pass, on ne sait pas encore si elle réintégrera la liste). Au Cambodge, une très légère reprise de l’épidémie est constatée. Au Vietnam, le taux d’incidence est en forte hausse, Hanoï reste la localité la plus touchée en nombre de nouvelles contaminations.

En Malaisie, la situation sanitaire est stable et les chiffres de l’épidémie sont en baisse. Le pays renforce le rappel vaccinal pour les plus de 18 ans parallèlement à la préparation à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans. À Singapour, par contre, la vague due à Omicron devrait connaître un pic assez important à court terme. En Indonésie, le président a demandé cette semaine à son peuple de réduire les activités en plein air, d’éviter les foules et de travailler à domicile dans la mesure du possible, alors que le pays est aux prises avec une éventuelle troisième vague de la pandémie de Covid-19 déclenchée par le variant Omicron. Le président a également demandé aux indonésiens de ne pas se rendre à l’étranger si ce n’était pas urgent, de suivre les protocoles de santé et de se faire immédiatement vacciner contre le Covid-19.

Aux Philippines, Omicron est à l’action et le nombre de contaminations s’emballe. Le courroux du président philippin se porte sur les personnes non vaccinées. Il aurait donné l’ordre qu’elles soient chassées, détenues et arrêtées, si elles ne respectaient les consignes d’isolement. En Corée du Sud, les cas de Covid ont bondi cette semaine, dans un contexte d’inquiétudes croissantes concernant la propagation du variant Omicron avant les vacances du Nouvel An lunaire. Certaines mesures restrictives ont été allégées il y a peu, mais le système de passe vaccinal reste en vigueur dans les cafés, les restaurants, les discothèques, les salles de sport, etc. Au Japon, la courbe épidémique s’envole et les autorités japonaises envisagent d’instaurer un état de “quasi-urgence” à Tokyo et dans dix autres préfectures du pays. La perspective d’une réouverture des frontières, tant attendue par les étudiants étrangers, paraît s’éloigner.

Les taux d’incidence sont en forte hausse en Turquie, au Liban, ou encore au Qatar et en Arabie saoudite. En Israël, malgré un rebond important des contaminations lié au variant Omicron, les autorités du pays ont levé les restrictions de voyage à l’étranger pour les citoyens, notamment à destination des Etats-Unis. Israël, un des premiers pays à avoir vacciné en masse sa population, vient d’adopter une nouvelle philosophie qui consiste à “vivre avec le virus“, en concentrant la protection sur les plus fragiles.

Europe

Le variant Omicron sévit toujours en Europe. Au Royaume-Uni pourtant, les nouvelles contaminations quotidiennes sont en baisse et le pays attend avec ferveur l’allègement des restrictions sanitaires toujours en vigueur. Un mieux très net sur les chiffres de la pandémie se dessine aussi en Grèce et à Malte. Ailleurs, restrictions et vexations pour les non vaccinés se multiplient toujours. En Italie, Amnesty International vient de mettre en garde le gouvernement, car les nouvelles règles anti-covid instaurées pourraient être discriminatoires à l’égard des personnes non vaccinées. La vaccination est devenue obligatoire pour les plus de 50 ans, ainsi que pour emprunter les transports en commun ou aller à l’hôpital. Au Luxembourg, un passe sanitaire est dorénavant exigé pour travailler, et l’Autriche confirme que l’obligation vaccinale pour les plus de 18 ans, rentrera en vigueur dès le mois de février. En République tchèque, par contre, le nouveau gouvernement a annulé le projet de vaccination forcée décrété par le précédent gouvernement. La vaccination contre le Covid-19 ne sera finalement pas obligatoire pour les personnes âgées de plus de 60 ans et pour certaines professions. En France, le passe vaccinal a été adopté. Pour connaître plus en détail les mesures mises en place dans les pays d’Europe, le site touteleurope.eu  fait régulièrement un point sur chaque pays de l’Union.

Océanie

En Australie, un léger recul de l’épidémie est constaté depuis quelques jours. Le pic semble passé. Dans certains États, l’intervalle entre le deuxième vaccin et le “booster“ a été déduit à 4 mois au lieu de 6.

En Nouvelle-Calédonie, les clusters se multiplient, Omicron est présent et le taux d’incidence augmente. En Nouvelle-Calédonie, près de 80% de la population vaccinable a reçu au moins une injection anti-Covid et la vaccination des enfants entre 5 et 11 ans a débuté.

Une assurance santé unique pour les soins liés au virus !

En savoir plus

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR