fbpx
Suivez nous sur

Destinations au banc d'essai

Australie vs Nouvelle-Zélande

Très proches, tant par leur histoire que par leurs relations commerciales, ces deux pays se distinguent néanmoins par l’attraction qu’ils exercent auprès des ressortissants étrangers. Si l’Australie compte cinq fois plus de Français installés sur son territoire, c’est en Nouvelle-Zélande que leur présence augmentent le plus (+11% en 2017 contre 0,3% en Australie).

Français à l'étranger

Publié

le

Gouvernance

> Australie

L’Australie est un acteur économique majeur dans la région Pacifique. Le Premier ministre Malcolm Turnbull a remporté les dernières élections d’une courte tête. Issu du Parti libéral, il a une image moins conservatrice que son parti (très critique envers les immigrés, les autochtones…). Il a d’ailleurs organisé et remporté un référendum autorisant le mariage gay (loi de décembre 2017). Il est aussi très actif en matière de lutte contre le changement climatique. Menacé par les mesures protectionnistes américaines, le pays développe ses relations dans la zone avec l’Asie. L’Australie, tout en ayant des relations avec la Chine, cherche à l’empêcher de devenir hégémonique sur la zone, en travaillant par exemple à la réalisation d’un accord de libre-échange avec l’Union européenne.

> Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande s’est choisie une Première ministre de 37 ans, Jacinda Arden, une travailliste à la tête d’une coalition avec les Verts et… les populistes. C’est ainsi qu’elle soutient une réduction de l’immigration et travaille à une clause interdisant aux étrangers d’acheter des terres en Nouvelle-Zélande. Cette coalition prévoit également plusieurs mesures en faveur de l’environnement, notamment un plan d’assainissement des rivières et des lacs pollués, et un objectif de neutralité carbone pour l’économie.

Qualité de vie

> Australie

L’Australie offre un bon équilibre vie privée/ vie professionnelle et est souvent classée parmi les pays les plus agréables à vivre, malgré un climat parfois rude et une nature agressive. Selon l’index « Better Life » de l’OCDE, l’Australie se positionne en première place en ce qui concerne l’engament civique, et au-dessus de la moyenne de l’OCDE en matière de revenu et de patrimoine, de qualité de l’environnement, de l’état de santé, du logement, de l’emploi et des salaires, de l’éducation et des compétences. Melbourne serait même la ville à vivre la plus agréable au monde, avec une multitude d’activités et une situation sécuritaire excellente.

> Nouvelle-Zélande

Selon l’index « Better Life » de l’OCDE, la Nouvelle-Zélande occupe une bonne position en ce qui concerne la santé, la qualité de l’environnement, l’engagement civique, le logement, l’éducation, l’emploi et les salaires, mais se situe sous la moyenne en ce qui concerne les revenus et le patrimoine, l’équilibre vie professionnelle/vie privée et la sécurité. Le pays des kiwis fait partie du Top 3 du classement HSBC Expat Explorer pour sa nature et son rythme de vie. La capitale, Auckland, est aussi classée en tête de l’enquête internationale Mercer sur la qualité de vie. Mais en dépit de ces avantages, la Nouvelle-Zélande ne permet pas de booster sa carrière comme d’autres destinations aussi prisées.

Facilités d’installation

> Australie

Le visa TSS, qui remplace le visa 457 depuis mars 2018, permet de travailler et de vivre en Australie pour une durée de deux à quatre ans. C’est à l’entreprise de vous adresser une promesse d’embauche, mais il faut aussi justifier d’une expérience professionnelle d’au moins deux ans dans un domaine en relation avec la fonction ciblée.
Le visa de résident permanent offre la possibilité de vivre et travailler en Australie pour une durée indéterminée, à condition de ne pas quitter le territoire plus de trois mois par an durant les cinq premières années d’obtention. Pour en bénéficier, il faut en général déjà être titulaire d’un visa temporaire et avoir vécu en Australie au moins deux ans, tout en justifiant d’un emploi ou d’une source de revenu sur le territoire australien.
Enfin, le PVT est une autre possibilité d’entrer sur le territoire et d’y travailler durant un an (une année renouvelable à la condition d’avoir travaillé dans certains secteurs sur certains territoires), en changeant d’employeur au bout de six mois. Comme il n’est pas soumis à quotas, des milliers de Français l’utilisent : ils sont de plus en plus confrontés à une pénurie d’emplois, en particulier pour des jobs peu qualifiés. Attention donc à ne pas y laisser toutes ses économies…

> Nouvelle-Zélande

Pour travailler en Nouvelle-Zélande, les Français ont besoin d’un visa de travail qui sera délivré à la condition d’avoir une proposition d’embauche, et il est valable d’un à cinq ans, renouvelable. Le statut de résident permanent permet de vivre et travailler en Nouvelle-Zélande en toute légalité pour une durée indéterminée et donne accès aux mêmes droits qu’un citoyen néo-zélandais. Il s’obtient selon un processus particulier qui note les profils (General Categories). Ce statut peut aussi être accordé aux investisseurs.
Le PVT accordé aux jeunes qui se rendent en Nouvelle-Zélande n’est pas soumis à quota, d’ailleurs c’est le pays qui a signé le plus grand nombre d’accords permis vacances travail (PVT) dans le monde. Une fois le PVT en poche, il est possible de travailler pour n’importe quel employeur, dans tous les secteurs, durant un an. Mais il faut exercer un emploi temporaire qui ne peut pas durer plus d’un an. Les PVTistes occupent le plus souvent un emploi dans le picking (cueillette de fruits), le packhouse (emploi dans des usines de conditionnement) et l’agriculture. Le tourisme, l’hôtellerie et la restauration sont aussi des secteurs traditionnels d’embauche.

Le marché de l’emploi

> Australie

Il est désormais beaucoup plus difficile de trouver un emploi en Australie, le pays appliquant une politique beaucoup moins ouverte à l’immigration. Les travailleurs étrangers qualifiés peuvent encore obtenir un emploi en Australie s’ils sont parrainés par un employeur local à la condition d’avoir deux ans d’expérience et de maîtriser l’anglais. Les employeurs doivent appliquer la préférence nationale. Pour rechercher un sponsor, www.skillselect.gov.au invite les demandeurs à envoyer une Expression of Interest (EOI) : les employeurs utilisent cette base de données pour sélectionner les profils recherchés.

> Nouvelle-Zélande

Le gouvernement a mis en place un site qui permet de faire le point sur le marché du travail du pays (www.careers.govt.nz – section job database) qui connaît une situation de quasi-plein-emploi. La Nouvelle-Zélande doit développer ses régions et partir à la conquête de nouveaux marchés (comme celui de l’environnemental), raison pour laquelle le pays est très ouvert aux nouveaux talents.

Les bons plans emploi

> Australie

En lien avec le vieillissement de la population, le secteur du médical et du paramédical est en pleine hausse et recrute (médecins, physiothérapeutes, orthophonistes, infirmières…). Le secteur de l’éducation, du coaching sportif souffre aussi de déficit de main-d’oeuvre, tout comme celui des technologies de l’information et de la communication. Cela concerne aussi bien le développement d’applications web ou l’e-commerce que la robotique, l’intelligence artificielle ou encore la sécurité informatique. Les Français sont particulièrement recherchés dans un secteur en pleine croissance, celui de l’hôtellerie et de la restauration. D’ailleurs, des chefs cuisiniers ou encore des pâtissiers sont recherchés. Enfin, les métiers du BTP comme menuisier, tailleur de pierre, maçon, plombier, carreleur sont, eux aussi, en pénurie.
Quelques sites sont à consulter :

> Nouvelle-Zélande

Les secteurs qui recrutent sont ceux, comme ailleurs dans le monde, des TIC, en particulier pour les développeurs, les administrateurs systèmes, les ingénieurs réseaux, les programmeurs et les spécialistes en sécurité informatique. Le secteur du BTP recrute aussi, surtout dans l’île du sud. Il vous faudra faire valider vos diplômes, mais le domaine de la santé embauche des sages-femmes, des médecins… Il faut aussi faire reconnaître son diplôme par l’association des ingénieurs pour exercer cette profession dans de nombreux domaines comme dans celui des hydrocarbures, en particulier dans la région de Taranaki. Enfin, le business, la finance, le marketing embauchent, à la condition de maîtriser l’anglais et d’avoir quelques années d’expérience. Pour connaître la liste des métiers en pénurie, voir le site du ministère du Travail : www.immigration.govt.nz.
Quelques autres sites :

Environnement des affaires

> Australie

Le visa d’affaires permet de se rendre sur le territoire australien dans le cadre du travail, pour des périodes maximales de trois mois : études de marché, réunions ou négociations commerciales. Sa validité est de cinq à dix ans. Le pays est l’un des plus attractifs au monde en matière d’investissements étrangers. Les investissements à faible valeur sont d’ailleurs simplifiés et sont exempts de déclaration au Foreign Investment Review Board. Pour les autres, il suffit de remplir un formulaire auprès de l’Asic et de demander un numéro (ABM) permettant de faciliter la déclaration de son activité et d’obtenir des aides éventuelles. Les entreprises françaises occupent principalement les secteurs minier, énergétique, de l’environnement, des infrastructures, de l’agroalimentaire, ou encore de la santé et des nouvelles technologies.

> Nouvelle-Zélande

Le pays est placé en première position (sur 190 pays) du classement Doing Business 2018 de la Banque mondiale. Mais pour avoir le droit de créer son entreprise, il faudra tout d’abord obtenir un visa, comme le visa entrepreneur (Entrepreneur Work Visa). Ce visa s’obtient à la condition de pouvoir investir au minimum 10000$ néo-zélandais et d’obtenir suffisamment de points (selon son âge, le nombre d’emplois créés, l’innovation, …). Le secteur de l’immobilier est désormais fermé aux investisseurs étrangers. Le secteur touristique est quant à lui en plein boom, les autres secteurs dynamiques étant l’énergie, le secteur de l’eau, les soins de santé, l’équipement industriel, l’agro-alimentaire (beaucoup d’exportations de viande ovine, des opportunités dans la viticulture), les technologies de traitement biologique et les TIC (logiciels, effets spéciaux, 3D, …).

Les + Étudiants

> Australie

Le visa étudiant, qui concerne les études à plein-temps et les personnes inscrites dans un établissement australien, permet par ailleurs de travailler jusqu’à vingt heures par semaine durant l’année universitaire, et à plein-temps lors des vacances scolaires. Les inscriptions en université sont assez simples puisqu’il suffit d’avoir le bac et un bon niveau d’anglais. En revanche, les frais d’inscription sont assez élevés (entre 10000 et 30000$/an).
L’université Bond, de Notre-Dame, Edith-Cowan ou de la Sunshine Coast sont parmi les mieux cotées.

> Nouvelle-Zélande

Le système universitaire est basé sur le modèle anglo-saxon. Les droits d’inscription sont élevés pour les étrangers, à partir de 15 000 dollars néo-zélandais. Mais les accords d’échanges avec les établissements français sont nombreux et permettent aux jeunes de suivre des études à moindre frais. Ici, la rentrée a lieu en février, chacune des huit universités choisit ses étudiants sur dossier qui doivent passer un test de langue. Une fois votre candidature acceptée, il faudra faire la demande d’un Student Visa.
Pour plus d’informations, visitez ce site : www.immigration.govt.nz

Accès au logement

> Australie

Les grandes villes comme Sydney ou Melbourne n’offrent pas énormément de logements à louer, les prix y sont un peu plus élevés que dans le reste du pays. Pour un studio, il faut compter entre 200 et 350 dollars australiens par semaine. Pour un appartement de deux chambres, entre 300 et 500 dollars australiens par semaine. La colocation, pour les plus jeunes, est très répandue.
Quelques sites pour rechercher un logement :

> Nouvelle-Zélande

Les prix à la location sont indiqués à la semaine, et les plus jeunes préfèrent la colocation. Pour les autres, il faut savoir que les loyers sont assez élevés, surtout dans les grandes villes, un 3-pièces à Wellington coûtant environ l’équivalent de 1 500 €/mois. Le gouvernement néo-zélandais informe sur les tarifs pratiqués dans chaque région et même dans les différents quartiers d’une ville.
Quelques sites pour rechercher un logement :

Accès à la santé

> Australie

Les soins sont de très bonne qualité dans le pays. Dans les hôpitaux publics, on soigne les personnes couvertes par la sécurité sociale australienne, Medicare, réservée aux citoyens australiens et aux résidents permanents, tandis que pour accéder au secteur privé mieux vaut avoir un compte en banque bien garni ou une assurance de santé complémentaire. Les sois dentaires sont très peu pris en charge. Attention, les résidents étrangers temporaires ne sont pas couverts par l’assurance santé.

> Nouvelle-Zélande

Le niveau de qualité des soins est très satisfaisant en Nouvelle-Zélande, mais les prix sont très variables et on peut débourser jusqu’à une centaine de dollars néo-zélandais pour une consultation chez un généraliste, incontournable pour se rendre chez un spécialiste. Pour bénéficier du système de protection sociale néo-zélandais, il faut être résident permanent ou titulaire d’un permis de travail depuis deux ans au moment de la demande.

Fiscalité

> Australie

Les impôts sur le revenu sont directement prélevés à la source. Il existe un statut de résident fiscal ou de non-résident fiscal, ces derniers étant plus lourdement imposés que les premiers. Pour connaître votre statut : www.ato.gov.au. Si vous êtes non-résident, le taux minimum d’imposition sera de 32,50 cents/dollar perçu. En revanche, si vous êtes résident, vous ne serez pas imposé si vous gagnez moins de 18200$, et de 18201 à 37000 AU$, vous paierez 19 cents/dollar perçu au-delà de 18200AU$. Les tranches sont progressives.

> Nouvelle-Zélande

Les impôts sont prélevés à la source en Nouvelle-Zélande, et les barèmes sont plus bas que ceux de la France, allant de 12,20% à 34,70%. C’est le système Pay As You Earn (PAYE) géré par l’Inland Revenue Department (IRD) qui est appliqué. En revanche, si la déclaration n’est pas faite, un taux d’imposition supérieur est appliqué : 46,70% !

Passer sa retraite

> Australie

Pour pouvoir résider dans le pays, vous devrez nécessairement souscrire à une assurance privée, avoir plus de 55 ans, ne pas avoir de personnes à charge, bénéficier de revenus suffisants et passer un examen médical. Sous ces conditions vous pourrez demander un Investor Retirement Visa, valable quatre ans et renouvelable.

> Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande offre un cadre de vie agréable pour y passer ses vieux jours. Les retraités étrangers peuvent demander un visa spécial, le Temporary Retirement, renouvelable tous les deux ans et délivré sous condition : avoir 66 ans au moins, un revenu annuel garanti de minimum 60000$NZ, une assurance santé, 750000$ à investir, et 500000$NZ d’économies…

Pour aller plus loin

Consultez nos fiches pays Australie et Nouvelle-Zélande et découvrez plus en détail les solutions qui vous correspondent pour préparer au mieux votre expatriation.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

  • Une erreur est survenue, le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Tendance

FERMER
FERMER
Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR