Suivez nous sur

Canada

Français à l'étranger

Publié

le

Pour en savoir plus sur les provinces : Alberta, Colombie-Britannique, Ile-du-Prince-Edouard, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Ecosse, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador.

L’un des pays les plus développés de la planète, le Canada est aussi un pays ouvert sur le monde. Les échanges de biens comptent pour près des trois-quarts du PIB canadien, le pays possédant des accords de libre-échange avec les États-Unis, le Mexique, Israël, le Chili, le Costa Rica, l’AELE, le Pérou, la Colombie, la Jordanie, le Panama, le Honduras et la Corée du Sud.

Immensément riche en matières premières, le Canada détient les troisièmes réserves mondiales de pétrole et en est le sixième producteur. Ces matières premières représentent une part croissante des exportations. Le pays profite de sa proximité avec les États-Unis : les trois quarts des exportations canadiennes sont destinées au marché américain.

Le Canada vante par ailleurs plusieurs filières industrielles d’excellence comme l’aérospatiale, les transports ferroviaires, mais aussi les télécoms, l’informatique, l’automobile, les bois et papiers et les biotechnologies.

C’est le tertiaire qui génère plus de deux tiers de la richesse nationale. Le tourisme contribue au PIB, et plus largement, les services publics, le commerce et les services à la personne restent une des plus importantes sources de revenus du pays.

Véritable eldorado, le Canada suscite depuis très longtemps les espoirs de réussite pour les migrants du monde entier. Chaque année, des milliers de Français font notamment le choix du Canada, et prioritairement du Québec. Les nombreux départs à la retraite et le faible taux de natalité font de ce pays une destination pour l’immigration, et non l’expatriation.

L'essentiel

Capitale

Ottawa

Dirigeant

Justin Trudeau (Premier ministre)

Population

36 millions hab. (2016)

Superficie

9 984 670 km²

Langues

anglais et français (Québec : français ; Nouveau-Brunswick : anglais et français ; autres provinces et territoires : anglais)

Monnaie

le dollar canadien (CAD)

Croissance du PIB

3,1% (2017)

Chômage

6,2% (2017)

Français

102 000 inscrits sur le registre consulaire (170 000 estimés)

Indicatif téléphonique

+1

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Si les ressortissants français n’ont pas besoin de visa de résident temporaire pour séjourner ou étudier au Canada moins de six mois, au-delà de cette durée, la donne est différente. Les ressortissants qui veulent travailler sur le territoire canadien doivent faire une demande de visa de résident temporaire. La résidence permanente est attribuée aux travailleurs qualifiés qui ont au moins un an d’expérience professionnelle, aux investisseurs et au regroupement familial. Chaque province ou territoire, hors Québec, en accord avec le gouvernement fédéral, est autorisée à sélectionner les personnes dont elle a besoin grâce au Programme des candidats des provinces (PCP).

Un numéro d’assurance sociale NAS est nécessaire pour travailler au Canada. Sinon, impossible de profiter des prestations et services alloués par les programmes gouvernementaux. Ce numéro est à demander au centre Service Canada le plus proche de la ville de résidence.

En cas de résidence permanente, les expatriés ont les mêmes droits que les citoyens canadiens, hormis le droit de vote. La demande de résident permanent se fait auprès d’un bureau des visas, en dehors du territoire canadien.

› Trouver un emploi

Au Canada, avec près de 10 millions de personnes qui parlent français, soit plus  de 30% de la population, il serait dommage de ne pas se faire aider par les différentes communautés ou organismes francophones présents comme la Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada (FCFA) ou encore l’association Immigration francophone qui accompagne les nouveaux arrivants dans leurs démarches.

Pour une recherche d’emploi efficace, Guichet-Emplois est une plateforme qui recense les dernières offres disponibles dans chaque province. Avec plus d’un million de jobs et plusieurs millions de CV, Monster est également l’une des plus grandes bases de données sur l’emploi, tout comme Career Builder, qui est le plus ancien site de recherche d’emploi.

Il ne faut pas non plus hésiter à consulter les offres d’emploi publiées dans les journaux locaux des différentes provinces comme La Presse, Le Devoir, Ottawa Citizen, Vancouver Sun, The Georgia Straight ou encore Le Courrier de la Nouvelle-Écosse.

Attention, au Canada, plus de 20% des emplois sont réglementés par le gouvernement. Ceux qui souhaitent travailler dans ces secteurs réglementés devront au préalable obtenir un permis de réglementation de la province où ils vivent. Le Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux indique les réglementations sur ces professions.

› Les secteurs porteurs d'emploi

Au sein des différentes provinces et territoires du Canada, tous les secteurs d’activité, ou presque, connaissent une pénurie de main-d’œuvre dans les métiers qualifiés, spécialisés et techniques. Les principaux secteurs qui recrutent sont l’industrie aérospatiale, l’industrie agroalimentaire, l’industrie automobile, l’industrie chimique, les technologies de l’information et de la communication (TIC), le secteur du pétrole et du gaz, les biotechnologies et l’industrie pharmaceutique.

Certains secteurs apprécient particulièrement le savoir-faire français, notamment dans l’informatique, l’hôtellerie et la restauration ou encore dans la construction. Au total, plus de 600 entreprises françaises sont installées au Canada, essentiellement au Québec, en Ontario et dans les provinces de l’Ouest, un véritable avantage pour les francophones.

› Créer son entreprise

Une économie forte, de faibles coûts de revient des entreprises, des impôts peu élevés, ainsi qu’une qualité de vie de premier ordre, font du Canada une terre d’accueil idéale pour de nombreux investisseurs. Le pays dispose par ailleurs d’une main-d’œuvre qualifiée, d’un accès facile aux matières premières et jouit d’infrastructures sophistiquées ainsi que d’un réseau de transport très moderne.

Au Canada, les affaires se font par ailleurs dans un contexte où la liberté de constituer et d’arrêter une entreprise permet d’agir rapidement. Le délai de création d’une société constituée en vertu des lois des provinces est en moyenne d’une semaine à compter du dépôt des documents constitutifs. Son coût s’élève à 2 500 dollars canadiens.

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada), un organisme national à but non lucratif, est un interlocuteur privilégié lors de la création d’une entreprise. Le RDÉE soutient notamment les travailleurs qui créent leur activité et mène des actions favorisant le développement des compétences francophones.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Le système scolaire du Canada comprend des écoles publiques et privées allant de la maternelle à l’université. La plupart des enfants vont dans les écoles publiques qui sont entièrement financées par les gouvernements. La scolarisation au Canada est obligatoire de cinq ans à seize ans.

Il n’y a pas de ministère national de l’Éducation : chacun des trois territoires et des dix provinces du Canada est responsable de sa propre politique en matière d’éducation, d’enseignement supérieur et de recherche.

Le bilinguisme se traduit par l’apprentissage des deux langues officielles dès l’école primaire et par des programmes d’immersion. L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) recense les établissements qui assurent un enseignement en français dans les différentes provinces canadiennes.

› S’inscrire à la fac

Pour étudier plus de six mois, un permis d’études est nécessaire avant le départ. La demande s’effectue auprès du bureau des visas canadiens du pays de résidence. Avec ce sésame, il est possible de travailler jusqu’à 20 heures par semaine en dehors du campus.

Concernant les études supérieures, plusieurs établissements canadiens ont une renommée internationale comme l’Université McGill à Montréal, l’Université Laval à Québec et l’Université de Toronto. L’Université de l’Alberta à Edmonton est considérée comme l’une des cinq plus importantes universités au Canada et l’Université de la Colombie-Britannique est l’une des plus prestigieuses d’Amérique du Nord.

Les frais de scolarité pour les étudiants internationaux varient beaucoup d’une province à l’autre soit de 11 000 à 30 000 dollars canadiens par année d’étude.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Pour bénéficier d’un stage pratique d’étudiant au Canada, il faut avoir entre 18 et 35 ans pour demander son visa de stage, et posséder un passeport valide. Il faut par ailleurs être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur ou dans un centre de formation pour pouvoir justifier d’une demande de stage au Canada. Si un permis de travail en cours de validité est obligatoire pour travailler au Canada, certains emplois temporaires en sont dispensés. Pour le stage, un simple permis de travail temporaire est à faire auprès du service des visas de l’ambassade du Canada à Paris.

TalentEgg est l’un des sites de recherche de stages les plus populaires pour la jeunesse canadienne, avec de nombreuses offres dans de grands groupes internationaux. Job Bank Canadian Governement est une banque d’offres d’emplois du gouvernement canadien à destination des étudiants, qu’ils soient nationaux ou internationaux. Eluta est aussi un portail de recherche d’offre de stages très efficace.

› V.I.E.

Mis en place au début des années 2000, le volontariat international en entreprise (VIE) permet aux jeunes diplômés de 18 à 28 ans d’effectuer un travail rémunéré dans une entreprise française installée à l’étranger. La mission, renouvelable une fois, dure de 6 à 24 mois.

Le Canada offre naturellement un vivier d’opportunités pour les jeunes candidats désireux de se forger une première expérience à l’international. Les inscriptions sont gérées par le le Centre d’Information sur le Volontariat International (CIVI).

› P.V.T.

Pour pouvoir postuler au permis vacances travail (PVT), le candidat doit avoir entre 18 et 35 ans et pouvoir démontrer qu’il possède 2 500 dollars canadiens sur son compte en banque pour subvenir à ses besoins en début de séjour ainsi qu’un billet d’avion retour. Il faudra également être en mesure de présenter la preuve d’une souscription à une assurance voyage. Attention, les places sont beaucoup moins nombreuses que le nombre de participants : en 2018, le nombre de places est de 6 750. Ce nombre est susceptible d’évoluer au cours de l’année, jusqu’au tirage au sort final (en 2017, il a eu lieu fin juillet).

Une fois en poche, le PVT permet de travailler pour n’importe quel employeur, dans tous les secteurs, durant un an. Néanmoins, il n’est pas possible d’occuper de poste permanent, il doit nécessairement être temporaire.

Le Citim est un organisme qui a signé un accord avec le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec permettant la mise en place de services gratuits d’aide à l’emploi dédiés spécifiquement aux PVTistes. Le Citim organise ainsi des ateliers sur l’emploi au Québec, des rencontres individuelles, des séances de réseautage, des annonces d’emploi, ainsi que des séances de conversation en anglais.

 Coût de la vie

› Logement

Le Canada étant un pays immense et aux caractéristiques extrêmement variées, le coût de la vie dépend beaucoup d’une ville à une autre. En moyenne, le loyer mensuel pour un appartement avec une chambre au Canada est de 1 100 dollars canadiens. Ce tarif peut descendre jusqu’à 600 dollars canadiens à Trois-Rivières, au Québec, et grimper jusqu’à 1.600 dollars canadiens à Vancouver, en Colombie-Britannique.

La recherche de logement au Canada se fait en grande partie par les petites annonces publiées dans les journaux locaux des différentes provinces comme La Presse, Le Devoir, Ottawa Citizen, Vancouver Sun, The Georgia Straight ou encore Le Courrier de la Nouvelle-Écosse.

Certains outils de recherche de logements en ligne comme Realtor.ca et GO! Logements à louer peuvent aussi s’avérer très utiles. Il ne faut pas non plus hésiter à frapper directement aux portes des habitations sur lesquelles est accrochée une pancarte « À louer ».

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) est l’organisme national responsable de l’habitation. La section Logements pour les nouveaux arrivants contient par ailleurs des renseignements concernant l’achat ou la location d’une habitation.

› Transports

Toutes les grandes villes du Canada possèdent un aéroport offrant des vols réguliers reliant de nombreuses destinations. Les compagnies aériennes principales sont Air Canada et Air Transat.

Le réseau ferroviaire canadien, qui traverse tout le pays, dispose de trains sécuritaires et confortables. Les services nationaux de voyageurs sont assurés par l’entreprise publique fédérale VIA Rail Canada.

Prendre l’autocar au Canada est aussi une bonne alternative afin de parcourir de longues distances. Plusieurs compagnies parcourent le pays, notamment Greyhound et Intercar.

 Santé

Au Canada, chaque résidant ou citoyen canadien est par défaut affilié au système de santé public qu’il est libre de compléter avec des prestations privées. Le système est national, placé sous la gouvernance du Canada Health Act, mais chaque province administre son propre programme. Il y a donc quelques différences d’une province à l’autre en termes d’admissibilité ou de tarification.

Les prestations gratuites fournies par le médecin sont les consultations à son cabinet ou à l’hôpital, le diagnostic et les traitements. Les médicaments, quant à eux, sont partiellement pris en charge par le régime provincial de santé si la personne ne dispose pas d’une mutuelle. Les soins dentaires et optiques ne sont pas pris en charge, d’où le recours par de nombreux canadiens à des assurances privées qui couvrent ces frais.

 Fiscalité

Le système fiscal canadien se compose principalement d’un impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés ainsi que la taxe sur les produits et services (TPS) qui s’élève à 5 %. L’ensemble de la perception des impôts et l’administration des lois fiscales fédérales est assurée par l’Agence du revenu du Canada (ARC), rattachée au ministère du Revenu national du Canada. L’année fiscale commence le 1er avril pour se terminer le 31 mars de l’année suivante.

Le barème progressif de l’impôt fédéral comprend des tranches allant de 15% à 33%. À cela s’ajoute l’impôt provincial ou territorial qui se calcule de façon similaire à l’impôt fédéral, par tranches de revenu imposable allant de de 4% à 17,5%. Seul le Québec a un impôt plus lourd avec des tranches de 16% à 25,70%. En Ontario et au Nouveau-Brunswick, l’impôt est basé sur le revenu imposable fédéral et aucune déclaration provinciale n’est à produire.

 Retraite

Lorsqu’il s’agit de faire un choix pour passer sa retraite au Canada, le Québec apparaît souvent comme l’eldorado parfait. Il faudra au préalable obtenir un visa de résident permanent auprès de la Délégation générale du Québec à Paris et de l’Ambassade du Canada en France.

Attention, le système d’accueil des migrants se fait en fonction des besoins de l’économie, de la société et de la capacité d’intégration du pays. Ainsi, de jeunes étudiants ou des travailleurs expatriés ont certainement plus de chances d’être sélectionnés que des retraités.

La province du Québec est connue pour sa qualité de vie, où se mêlent modernité et traditions, liberté et sécurité. De plus, elle se distingue par de grands espaces sauvages qui entourent les villes dynamiques.

Toutefois, le climat est aussi à prendre en considération puisqu’en hiver, les températures peuvent rester plusieurs jours autour de -50°C et les étés restent souvent assez frais.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE